«La Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme se rétablit. Le message est clair : la Ligue et ses adhérents soutiennent l’indépendance, le militantisme, le rôle et la place de pionnier de la Ltdh dans la défense des droits de l’homme sans crainte ni petits calculs», affirme Bassem Trifi, élu nouveau président du comité directeur.

La Ligue tunisienne des droits de l’homme a clôturé dimanche en fin de soirée son 8e congrès, qui a vu émerger cette fois une nouvelle direction, prête, semble-t-il, à assumer pleinement son rôle en dépit des pressions politiques. Des pressions politiques qui avaient noirci le ciel de l’organisation ces derniers temps, créant beaucoup de division en son sein.

Certains en venaient même à se demander quel chemin prenait la Ltdh. Désormais, c’est chose faite et les choses sont beaucoup plus claires. En choisissant d’élire une nouvelle équipe dirigeante, avec à sa tête le jeune Bassem Trifi, fils de Mokhtar Trifi, un militant de la première heure pour les droits humains, les congressistes font le choix du non-alignement politique.

Ces derniers temps, la Ltdh, comme d’autres organisations, était tentée par une approche de proximité avec le pouvoir en place. Mais finalement, l’aile menée par Bassem Trifi et ses soutiens a fini dimanche par triompher.

«La Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme se rétablit.Le message est clair : la Ligue et ses adhérents soutiennent l’indépendance, le militantisme, le rôle et la place de pionnier de la Ltdh dans la défense des droits de l’homme sans craintes ni petits calculs», affirme Bassem Trifi, élu nouveau président du comité directeur.

Il faut dire que ce 8e congrès de la Ligue était marqué, dès son ouverture, par un soutien des plus audacieux des défenseurs des droits de l’homme. Ils voulaient, par leur présence, contribuer à protéger le temple des tentatives d’instrumentalisation.

Dans le détail, le nouveau bureau de la Ligue se compose comme suit : Bassem Trifi en tant que président et Sawsen Rihan, Mondher Bejaoui, Najet Zemmouri, Jamel Eddine Essbaa, Chady Trifi, Ibrahim Essa, Mohieddine Lagha, Fadhel Bedhiaf, Hmida Echaïeb, Jamel Melki, Ahlem Jalleli, Hamdi Belwefi, Kaïs Mohsni, Turkiya Chaïbi en tant que membres.

Plusieurs personnalités publiques ont salué ce choix des congressistes, estimant que ce vote est la preuve qu’il y a de l’espoir. Pour certains, ces élections marquent la victoire de «l’aile gauche de la Ligue».

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Karim Ben Said
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire