«Eduquer à la citoyenneté est une priorité, que ce soit au Maghreb, en Afrique ou dans le monde». C’est le principe de valeur que défend l’association Taha pour l’enfant.

En effet, cette association basée à Nabeul et présidée par André Lambert —ancien retraité de la Gendarmerie française installé en Tunisie,— œuvre depuis sa création à lutter contre la violence, l’intolérance et l’exclusion. L’association s’est fixé également comme principal objectif, l’éducation routière chez les enfants.
A cet effet, le centre d’éducation routière de Nabeul a été réalisé par la mairie de Nabeul et sur l’idée d’André Lambert en collaboration avec Arlette de Larue Harison et la participation des services de l’Etat, la police nationale, la municipalité, le Croissant-Rouge….
Cette action a pour objectif de mobiliser le maximum de personnes intéressées, citoyens et autres pour renforcer l’équipe déjà formée et lutter contre l’insécurité et la violence routière. Jeunes, adultes, responsables associatifs sont tous invités à rejoindre cette équipe.
Ce projet «le centre d’éducation routière» qui a été déjà mis en place théoriquement, sera composé d’un espace ludique réservé pour les enfants âgés entre 3 et 6 ans, un espace pédagogique pour les personnes âgées entre 7 et 13 ans et un espace de sensibilisation pour les adolescents et les adultes.

Pourquoi un centre d’éducation routière ?
Si l’idée de mettre en place un centre d’éducation routière est venu à l’esprit de ses fondateurs, c’est parce que la Tunisie accueille chaque année des millions de touristes de toutes les origines et parce que les enfants des estivants étrangers son invités à venir passer le petit permis enfant après avoir appris le code traduit en six langues.
Le centre sera fonctionnel toute l’année au profit des établissements scolaires et jardins d’enfants et l’idée du projet sera également proposée dans d’autres villes et cités avec une piste routière mobile.

L’apprentissage cible deux catégories
En effet, le centre propose aux apprenants deux programmes différents. Le premier destiné aux enfants, le second aux adultes.
En ce qui concerne les enfants (de 3 à 7 ans), ils sont tout d’abord appelés à apprendre les couleurs des feux (rouge, orange et vert), les directions (gauche, droite…) ainsi que les panneaux routiers. Des jeux visuels et des vidéos figurent parmi les outils d’apprentissage.
Un dépliant sur le code de la route imprimé en six langues (arabe, français, anglais, allemand, italien et espagnol) sera distribué aux enfants âgés entre 7 et 13 ans.
Quant au programme adolescents-adultes, il s’agit de l’apprentissage habituel du code de la route avec des actions de sensibilisation sur la conduite et l’alcool, le respect des feux de signalisation, le rappel des significations des panneaux de signalisation….
L’apprentissage contient également une initiation aux règles de secours que chaque usager de la route doit acquérir.
Cette initiation des gestes qui peuvent sauver la vie est réalisée en partenariat avec des agents de la protection civile et des membres du Croissant-Rouge pour former les enfants, les adultes et les familles pour leur apprendre les gestes de premiers secours, les appels d’urgence, leur expliquer l’importance des détecteurs de fumée et les informer sur les dangers pour éviter les accidents domestiques.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hela SAYADI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire