Le CA cherche l’éclaircie : Un ensemble qui doit mieux carburer !

 

C’est en dégageant des signes de cohésion que l’équipe clubiste pourra surmonter le cycle stagnant.

Le CA reprend dans moins de deux semaines face au ST dans le cadre du play-off. Encore un derby donc pour les protégés de Kbaïer après le cuisant revers face à l’EST juste avant la trêve. Aujourd’hui, avec un nul, un succès et une défaite, le pré-bilan de début du play-off est insuffisant et le CA doit forcément déclencher ce sursaut collectif indispensable pour tenir la cadence de la compétition et ne pas se faire semer avant même d’avoir négocié la dernière ligne droite.

Rebondir coûte que coûte sur les deux matchs qui l’attendent face aux Bardolais, puis contre l’Etoile trois jours après, autant dire qu’avec un tel calendrier, les Clubistes pourraient bien avoir leur destin entre les mains en ce qui concerne la course au podium s’ils venaient à augmenter sensiblement leur capital-points. Toutefois, nous n’en sommes pas encore là, mais la question s’impose d’elle-même.

Cependant, pour toucher au but, le travail ne suffit pas car il y a aussi une prédisposition à la fragilité mentale au CA et une certaine attitude à recadrer tantôt. Touché sur le plan mental par deux ratés, en C3 face à Academica Lobito et contre l’EST lors du derby, le CA doit maintenant tout mettre en œuvre pour être dans les meilleures conditions dès la reprise. Moins de nervosité, plus de sérénité, c’est en dégageant des signes de cohésion que l’équipe clubiste pourra avancer.

Victoire en amical pour rebondir

Le week-end dernier, Kbaier s’est longuement entretenu avec quasiment tous les joueurs, des plus émotifs aux plus endurcis. Là, le coach a notamment abordé la gestion des émotions en soutenant l’importance de débuter un match à 11 et de le finir à 11. Le match amical face à l’ESMétlaoui 3-1 (buts de Chiheb Laâbidi, Zouheir Dhaouadi et Hamdi Laâbidi) a été une occasion pour Mondher Kbaïer de voir à l’œuvre ses joueurs et de tester encore une fois leur réactivité. Le résultat, si rassurant, ne doit pas être survalorisé. Le plus dur reste à faire pour un CA qui doit tendre vers un autre degré de performance. A présent, la finalité est d’éviter cet énorme écart de performance au CA d’un match à l’autre. Il n’est plus permis de souffler le chaud et le froid. Bref, cette ambiguïté clubiste dérange les fans qui exigent de la rigueur et de la constance dans le jeu et pas simplement dans les résultats…

A l’avenir, et dès le 10 avril, le CA doit effacer à terme cette part de doute qui envahit l’équipe quand tout ne se passe pas comme elle l’entend. Pour se relever et retrouver cette flamme qui lui a permis par le passé de se remettre de maintes situations mal engagées, le CA doit se montrer tout d’abord impactant. En défense, il faut être agressif quelle que soit la hauteur du bloc. C’est une question de volonté d’aller chercher l’adversaire, car, dans le football, on ne peut pas oublier cet aspect. Plus haut maintenant, au milieu, outre l’impératif de vivacité, de repli et de relance, il faut tenter de rompre avec une certaine précipitation et poser le pied sur le ballon, même en l’absence d’un régisseur à l’ancienne. Enfin, en attaque, le sang-froid qui précède généralement l’efficacité doit être au rendez-vous. Le cas contraire, ce lancement du sprint final prématuré  pourrait mettre fin aux ambitions clubistes de cette saison. Il revient maintenant à Mondher Kbaïer de maintenir ses joueurs sur le qui-vive en espérant que les planètes soient alignées à la réception des Bardolais.

Laisser un commentaire