Dernières veillées ramadanesques à Kairouan : Des traditions fortement ancrées

 

Dans les différents foyers, les mères de familles s’activent à préparer les gâteaux de l’Aïd et échanger les recettes avec les parentes et les amies. Evidemment, on ne lésine pas sur les dépenses, surtout lorsqu’il s’agit de célébrer comme il se doit les fêtes religieuses.

Célèbre pour son ambiance ramadanesque très originale, la capitale spirituelle du Maghreb, où la spiritualité se mélange à la convivialité et aux festivités, a vécu les derniers jours du mois saint dans une grande effervescence, notamment dans les mosquées où on a multiplié les prières et les introspections et dont le point culminant a coïncidé avec la Nuit du Destin marquée par l’organisation d’une cérémonie solennelle à la Grande Mosquée en présence d’un grand nombre de fidèles.

La fameuse Nuit du Destin

Outre la conférence théologique, il y a eu la distribution des prix aux lauréats du concours de récitation et de mémorisation du Coran. Par ailleurs, un grand nombre de familles venant d’autres gouvernorats ont choisi la Nuit du Destin pour organiser au mausolée du Barbier des cérémonies de circoncision au profit de leurs garçons, qui ont été portés en triomphe au son de la musique traditionnelle, d’encens et de youyou de joie.

En outre, on a préparé de grandes quantités de couscous à l’agneau et du tagine pour les visiteurs. A côté de cela, beaucoup de mères de familles ont rendu visite aux fiancées de leurs fils pour leur offrir le moussem. D’autres ont choisi la nuit du Destin pour fêter les fiançailles de leurs enfants. Donc, de lourds préparatifs ajoutés à ceux de l’Aïd. Un processus compliqué qui nécessite non seulement une bonne condition physique, mais aussi beaucoup de soutien financier.

Et dans les différentes boutiques de prêt-à-porter, on guette l’arrivée des nouvelles collections de l’Aïd avant de faire un tour dans les souks aménagés en une vaste foire où tout est exposé : produits cosmétiques, jouets, habits et chaussures pour enfants. Là, on assiste à des scènes de marchandage dans une ambiance cordiale et très chaleureuse.

Dans les différents foyers, les mères de familles s’activent à préparer les gâteaux de l’Aïd et échanger les recettes avec les parentes et les amies. Evidemment, on ne lésine pas sur les dépenses, surtout lorsqu’il s’agit de célébrer comme il se doit les fêtes religieuses.

Ces coutumes transmises de génération en génération

A l’occasion de l’Aïd Esseghir, les citoyens se plient aux coutumes de leurs ancêtres avec notamment la visite aux cimetières, ainsi qu’aux proches et aux familles et une grande générosité à l’endroit des plus démunis auxquels on offre des vêtements et des jouets.

Evidemment, en ce jour exceptionnel où les parents cèdent facilement aux caprices de leurs enfants, on se fait beaucoup photographier pour immortaliser ces moments de grands éblouissements où la vie apparaît séduisante comme un lambeau d’éternité et où on retrouve, avec les nombreux cadeaux, le plaisir d’exister et de communiquer son bonheur avec l’éclat d’un sourire qu’on voudrait écrire avec la lumière.

En fin d’après-midi, les quelques modestes manèges de Kairouan sont envahis par les familles et les terrasses des cafés par la gent masculine. Et cette frénésie festive ne s’estompe qu’à la tombée du jour, cédant la place à des rues désertes et à un silence assourdissant aux antipodes des veillées ramadanesques si animées.

Aucune fête religieuse ne rapproche autant les gens, soude les familles, réconcilie, provoque des retours d’affection! On s’en étonne, on en parle partout. On est parfois étonné puis ravi de la visite inattendue ou le coup de fil d’un parent ou d’un ami, dont on est resté longtemps sans nouvelles.

Et malgré l’évolution des mentalités des générations actuelles, lors des fêtes religieuses notamment, les coutumes restent cependant appréciées à leur juste valeur et solidement ancrées dans les familles kairouanaises traditionnelles. De telles occasions consolident davantage l’unité de la famille, fort heureusement d’ailleurs. Et bonne fête à tous…

Laisser un commentaire