Congé de maternité : Vous avez dit réforme ?

8,715
En parlant de la Fête des mères, il n’est pas inutile de rappeler que la femme tunisienne ne dispose que de 30 à 60 jours de congé de maternité.

Malheureusement, de nos jours, la Tunisie est toujours positionnée en bas du classement international en matière de congé de maternité par comparaison à d’autres pays, comme le Maroc où la femme dispose de trois mois et demi de congé de maternité, la France (quatre mois) ou le Royaume-Uni (52 semaines). A cela, on ajoute la pénalité salariale, puisque la mère tunisienne ne perçoit que 67% de son salaire pendant ce congé. Et donc, après l’accouchement, plus vite la mère revient à l’emploi, moins elle perd de salaire.Il existe aussi un autre fait scandaleux : notre pays ne reconnaît toujours pas l’importance du rôle du père dans l’accueil d’un enfant. Un seul jour de congé dans le secteur privé et deux jours dans le secteur public, outre le fait que le père n’a pas le droit d’accompagner sa femme lors de l’accouchement. Il l’accompagne jusqu’à la porte du bloc de naissance et la récupère après des heures avec le nouveau-né. Bien que dans les cliniques privées, les papas peuvent y assister. Donc, il est évident que ces deux jours de congé sont insuffisants et n’aideront pas la jeune maman à récupérer de l’accouchement, qui se fait parfois par césarienne, et cette dernière se retrouve rapidement seule à gérer un bébé. Pis, ce congé paternel de deux jours maximum accordé par le législateur a comme objectif principal l’accomplissement des formalités de déclaration de la naissance à l’état civil. A cet égard, le père devrait faire le va-et-vient entre les différents services pour accomplir cette mission.Toutefois, depuis plus de deux ans, le ministère des Affaires de la Femme et de la Famille (ex-ministère de la Femme, de la Famille et des Personnes âgées) s’est penché sur la mise en place d’un congé prénatal pour la mère, d’une prolongation de son congé postnatal, mais aussi la création d’un congé paternité de deux semaines… Mais ce projet de loi est resté lettre morte et est toujours en stand-by.

Un commentaire

  1. rym

    16/01/2023 à 18:33

    « 67% de son salaire pendant ce congé » et encore !! « Elles sont égales aux 2/3 du salaire journalier moyen plafonné à 2 fois le SMIG »
    cad 30dt maximum comme salaire journalier en dépit du salaire officiel. le remboursement est plafonné à 19dt * 45jrs ( 1mois + 15jrs) seulement !! quelle honte

    Répondre

Laisser un commentaire