La Tunisie, nouvel Eldorado des énergies renouvelables ? : Le rêve est permis

3,985

 

La Tunisie dispose de nombreux atouts pour développer une filière de production d’hydrogène vert, notamment en exploitant son important potentiel solaire pour produire de l’électricité renouvelable.

Bien que la Tunisie possède tous les atouts pour devenir un leader en matière de production des énergies renouvelables, elle souffre toujours d’un déficit énergétique inquiétant. A force de multiplier les faux pas et les mauvaises décisions, le pays se trouve actuellement dans une situation énergétique malheureusement précaire puisque l’on évoque une forte dépendance aux énergies fossiles.

Rien qu’en Afrique, la Tunisie occupe la 23e position en matière de production d’énergies renouvelables, alors que des pays voisins réalisent des prouesses en la matière. Récemment, un groupe d’experts, dont Austin Bodetti, spécialiste de la géopolitique de la zone Mena, a lancé une note internationale pour miser sur les ressources énergétiques renouvelables en Tunisie qui offrent aux citoyens des opportunités inédites. «Dans ce contexte, les énergies renouvelables offrent à la Tunisie l’opportunité de poursuivre deux objectifs à la fois : attirer des devises fortes et atteindre ses objectifs en matière d’énergies renouvelables», a-t-on expliqué.

La note se félicite surtout de l’annonce faite par le ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Energie portant sur le développement de dix centrales solaires d’une capacité de 100 mégawatts.       

Cette note rappelle que la Tunisie s’est fixée comme objectif de tirer 35% de son énergie de ressources renouvelables d’ici à 2030. Cependant, il faut souligner le fait qu’en 2022, les énergies renouvelables ne représentaient que 8% de la capacité de production du pays.

Pour combler cet écart substantiel, les responsables ont indiqué qu’ils prévoyaient de solliciter jusqu’à 3,5 milliards de dollars d’offres pour construire une série de parcs solaires et éoliens à travers la Tunisie au cours des sept prochaines années.

Mais comment la Tunisie compte-t-elle rattraper ce retard accusé dans le domaine des énergies renouvelables ? Avec une capacité de 508 mégawatts en 2022, elle occupe la 23e place africaine dans la production d’énergies renouvelables.

L’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) vient de publier un rapport intitulé «Renewable Capacity Statistics 2023» portant sur la capacité mondiale de production d’énergie à partir de sources renouvelables. Ce rapport fait savoir que l’Afrique a poursuivi sa croissance régulière, avec une augmentation de 2,7 gigawatts (GW), légèrement supérieure à celle de 2021.

En termes de classement, le tableau établi par l’organisation intergouvernementale montre que la Tunisie occupe le 23e rang sur 65 pays africains avec une capacité de 508 mégawatts en 2022.

L’obstacle des procédures administratives

Alors que pour certains pays le créneau des énergies renouvelables s’impose comme un véritable enjeu, voire un défi de taille, la Tunisie est toujours à la traîne, même si elle compte de grands atouts naturels.

Le domaine des énergies renouvelables, ce grand dossier dont la promotion et le développement s’annoncent nécessaires pour la Tunisie, qui souffre de plus de 50% de déficit énergétique, peine à s’imposer comme pilier de la transition énergétique. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ce sont toujours les obstacles relatifs aux cadres légaux et aux procédures administratives qui freinent le développement de ce secteur.

D’ailleurs plusieurs centrales solaires n’ont pas été encore raccordées au réseau de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (Steg). Cette dernière semble s’opposer aux dispositions de certaines lois encourageant la production d’électricité par voie des énergies renouvelables. En résumé, la Steg s’oppose au transport d’énergie électrique sur son réseau sans aucune marge de bénéfice. Sauf qu’un coût supplémentaire de la conduite de ces énergies limitera considérablement la rentabilité des investissements dans les stations solaires.

Quid de l’hydrogène vert ?

Sur le plan international et régional, l’hydrogène vert constitue actuellement un enjeu majeur pour la transition énergétique. L’hydrogène vert est une source d’énergie propre et renouvelable qui peut jouer un rôle important dans la transition énergétique en Tunisie. En effet, le pays dispose de nombreux atouts pour développer une filière de production d’hydrogène vert, notamment en exploitant son important potentiel solaire pour produire de l’électricité renouvelable.

Plusieurs initiatives ont déjà été lancées en Tunisie pour développer l’hydrogène vert mais restent timides.

En 2021, le gouvernement tunisien a annoncé son intention de lancer un projet de production d’hydrogène vert à partir d’énergies renouvelables dans la région de Tozeur, dans le sud-ouest du pays.

En tout cas, la Tunisie se penche actuellement sur l’élaboration de la feuille de route nationale sur l’hydrogène vert, qui va présenter les orientations stratégiques de la Tunisie en la matière. Une fois cette feuille de route définie, la stratégie nationale sur l’hydrogène vert sera élaborée avec un plan d’action par rapport aux activités programmées pour atteindre les objectifs tracés. 

Laisser un commentaire