Mondial U20 | La Tunisie domine l’Irak 3-0 : Ils se sont bien rachetés

6,194

 

Montasser Louhichi et ses protégés ont magnifiquement réussi à redresser la barre après avoir joué avec le feu en première période.

Après les 45 premières minutes où ils ont été méconnaissables et ont suscité pas mal d’interrogations et de frayeurs, les Aiglons se sont ressaisis de retour des vestiaires et ont bien rectifié le tir en signant les trois buts d’un large succès qui les met aux portes du deuxième tour s’ils parviennent, face à l’Uruguay demain, à enchaîner et à continuer sur leur lancée. Ce faisant, l’entame du match a été déterminante pour le rachat après la défaite de la  journée inaugurale contre l’Angleterre. L’équipe irakienne a ainsi pris la Tunisie à la gorge d’entrée et a pratiquement assiégé le camp du gardien Driss Arfaoui. Sans un sans- faute de ce dernier rempart qui a multiplié les parades et les arrêts-réflexes face à la furia des Irakiens, ça aurait été,  à coup sûr, un autre match et un résultat différent de celui qui a été inscrit au final sur le tableau d’affichage. Montasser Louhichi a joué avec le feu en passant d’un système de jeu prudent face aux Anglais à une formation à visage purement offensif proche d’un 4-2-4. Une défense à quatre composée de Raed Bouchniba et Karim El Abed comme latéraux et une charnière à deux où Ghaith Ouahabi a fait tandem avec Ali Saoudi, un milieu à deux avec Sami Chouchane comme seul demi défensif de métier et Mohamed Wael Derbali en tant que seul élément de construction et quatre joueurs qui ont tous le profil d’attaquants de pointe emportés vers l’avant (Mohamed Dhaoui, Chaim Djebali, Béchir Yacoub et Youssef Snana). Cette stratégie de départ avec une équipe déséquilibrée et un entrejeu dégarni a offert à l’Irak une belle occasion et une perche inespérée pour gagner la bataille du milieu de terrain, presser haut et créer une multitude d’occasions de but. Heureusement que le portier Driss Arfaoui, qui a été l’homme du match, a permis à Montasser Louhichi et à ses protégés de sortir indemnes de la tempête et de regagner les vestiaires sur un nul vierge.

Les juniors tunisiens ont réussi leur pari crédit photos : © Mokhtar HMIMA

Réajustement payant

Le premier correctif apporté avec l’entrée de Rayen Nasraoui à la place de Béchir Yacoub a équilibré le système de jeu avec un 4-3 -3 qui a permis un meilleur positionnement sur le rectangle vert, une occupation plus rationnelle du milieu du terrain et un jeu mieux orchestré qui a repoussé le bloc irakien loin de notre zone de vérité et lui a enlevé son emprise et son ascendant sur la partie. Et la récompense de cette rectification tactique ne s’est pas faite attendre longtemps avec deux buts en deux minutes de Youssef Snana (55’) et de Chaim Djebali (57 ‘) suite à deux très belles combinaisons qui sont parties de ce milieu remodelé et de deux attaques sur le côté droit bien ficelées de Raed Bouchniba, ponctuées par deux bonnes passes en retrait et couronnées par deux ballons ramassés du fond des filets du gardien irakien. Ce retour en trombe, dans un match qui a failli leur échapper, a redonné confiance et des ailes aux Aigles de Carthage, déboussolés au départ et leur a permis de terminer le match sur les chapeaux de roue malgré leur infériorité numérique après le carton rouge infligé à Rayen Nasraoui.

Le troisième but sur penalty de Mahmoud Ghorbel (86 ‘),  qui a été incorporé pour renouer avec une charnière centrale à trois et plus de sécurité derrière, a été celui de la délivrance et le coup de grâce pour une équipe irakienne qui a payé cash la grande débauche d’énergie et le ratage monstre lors de la première période qu’elle a largement dominée.

Aux portes du second tour

Avec ce succès par trois buts d’écart,  les chances d’aller au second tour du Mondial argentin ont été accentuées, avec au pire des cas une troisième place assurée, mais la possibilité de figurer aussi parmi les quatre meilleurs troisièmes qui obtiendront leur ticket pour la seconde phase, option qui dépend autant des résultats des troisièmes des autres groupes que d’un nul avec l’Uruguay.

Bien entendu, l’idéal pour les Aigles de Carthage sera d’aligner un second succès et de finir deuxièmes pour enrichir et embellir leur parcours en cette Coupe du monde et éviter les grosses cylindrées lors du premier match-couperet du 2e tour.

Ce ne sera pas chose aisée mais avec un moral en hausse, à cœur vaillant rien d’impossible.

crédit photos : © Mokhtar HMIMA

Laisser un commentaire