La Ticad 8, un an après : Pour que la concrétisation des engagements soit une priorité pour tous 

2,812

 

La Tunisie avait été désignée pays hôte de la Ticad 8 depuis juillet 2020. Placées dans un contexte post-Covid-19, les discussions se sont articulées autour de trois axes principaux, à savoir la croissance durable et inclusive avec une réduction des inégalités économiques, une société durable et résiliente fondée sur la sécurité humaine et la construction de la paix et une stabilité durable en soutenant les propres efforts de l’Afrique. 

L’ambassade du Japon a organisé hier une conférence de presse dont l’objectif annoncé est de faire le suivi des résultats de la Huitième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad 8), organisée l’année dernière en Tunisie. Si la rencontre avec les médias se veut un témoignage adressé à l’opinion publique autour des réalisations mises en œuvre, l’accent a été surtout mis sur ce qui reste à faire. 

L’ambassadeur japonais, SE Osuga Takeshi, a tenu à préciser d’emblée que la Ticad 8 a marqué un succès notable grâce aux efforts fournis par la Tunisie, pays hôte, en dépit de la conjoncture post-Covid. La conférence, qui se veut un fer de lance du développement du continent africain, commence déjà à porter ses fruits moins d’un an après. Le diplomate a précisé que depuis sa nomination en tant qu’ambassadeur du Japon à Tunis, il a assisté à 23 cérémonies différentes en seulement onze mois d’exercice. «Cela relève d’une remarquable dynamique de la coopération bilatérale», s’est-il félicité. En détail, pas moins de «48 pays africains participants, 92 conventions signées dont six qui concernent la Tunisie, 30 milliards de dollars de projets prévus durant les trois prochaines années», a-t-il précisé, ajoutant que dans le cadre du suivi de la Ticad 8 en Tunisie, des projets ont déjà été inaugurés et d’autres lancés.

L’ambassadeur a cité en particulier le financement d’une station de traitement de l’eau par osmose inverse d’une capacité de 6000 m3 qui sera mise en place à la station d’épuration de Gabès-Sud pour alimenter le Groupe chimique tunisien (GCT).

Faute d’accord avec le FMI, des projets non aboutis

Toujours dans le cadre du bilan de cette année post-Ticad 8, il a annoncé également la création d’un comité de promotion des affaires Japon – Tunisie, outre la mise en place du comité mixte du mécanisme de crédit conjoint (MCC). «Je cite particulièrement le décaissement d’une première tranche du prêt concessionnel d’environ 233 millions de dinars en juillet dernier, dédié au projet d’Appui au renforcement de la protection sociale», a-t-il annoncé aux journalistes.

Interrogé par La Presse autour des projets non aboutis, faute d’accord avec le FMI, l’ambassadeur a espéré voir les deux parties conclure un nouvel accord prochainement. «Nous n’intervenons en aucun cas dans ces négociations, mais nous espérons qu’elles aboutiront à un accord qui profite aux deux parties», a-t-il souhaité. Et d’ajouter que le Japon continuera de soutenir la Tunisie dans plusieurs domaines, appelant, toutefois, à des réformes structurelles de l’économie tunisienne.

Pour sa part, Celine Moyroud, représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement en Tunisie (Pnud), a rappelé que la Ticad reste un évènement phare pour le continent africain, dont le Pnud contribue à la mise en place à travers divers projets en rapport avec ladite conférence. Mettant l’accent sur les ODD (Objectifs de développement durable), la responsable a soutenu que les efforts se concentrent actuellement sur la recherche de mécanismes de financement pour les différents secteurs de développement en Afrique. Pour ce qui est de la Tunisie, Celine Moyroud assure que le Pnud poursuivra son appui notamment aux projets de développement.

Retour sur un événement phare !

La Tunisie, rappelons-le, avait été désignée pays hôte de la Ticad depuis juillet 2020. Placées dans un contexte post-Covid-19, les discussions se sont articulées autour de trois axes principaux à savoir la croissance durable et inclusive avec une réduction des inégalités économiques, une société durable et résiliente fondée sur la sécurité humaine et la construction de la paix et une stabilité durable en soutenant les propres efforts de l’Afrique. Cette huitième édition du rendez-vous nippon-africain se présentait comme une aubaine pour la Tunisie qui traverse toujours une crise économique et financière.

Si cette huitième session a connu une forte affluence de dirigeants africains, de hauts responsables japonais et de chefs d’organisations financières internationales, la Tunisie a pu montrer sa capacité à organiser des événements de dimension mondiale en dépit d’une conjoncture économique et politique difficile.

D’évidence, c’est la mise en œuvre des projets annoncés et des conventions signées qui importe le plus aujourd’hui. Il faut rappeler qu’outre l’annonce faite par le Japon d’une enveloppe de 30 milliards de dollars d’investissements au profit de l’Afrique en trois ans, des conventions bilatérales avaient été signées, impliquant plusieurs pays et institutions financières régionales.

La Déclaration de Tunis

On cite notamment un accord de partenariat signé entre l’Agence japonaise chargée de la promotion du commerce extérieur (Jetro), l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi). Cet accord veut promouvoir la croissance et le développement durables dans les pays africains, en renforçant les partenariats entre le secteur privé japonais et ceux des pays africains.

Rappelons en outre que l’ambassadeur du Japon en Tunisie avait exprimé à maintes reprises la volonté de son pays de soutenir la mise en œuvre des projets de coopération adoptés lors de la huitième édition tenue les 26 et 27 août 2022 à Tunis.

Parmi les recommandations de la « Déclaration de Tunis », l’engagement des dirigeants japonais et africains ainsi que ceux des organisations internationales de mieux faire face à une crise alimentaire planétaire aggravée par la guerre russo-ukrainienne. Un engagement qui prend tout son sens aujourd’hui.

>> Lire aussi : Ticad 8 : L’ambassadeur du Japon exprime la volonté de son pays de concrétiser les projets adoptés

Laisser un commentaire