Récentes mesures en faveur des enseignants contractuels : Les réserves de la Fédération de l’enseignement secondaire

583

 

Dernièrement, le ministère de l’Education a publié un communiqué dans lequel il a annoncé de nouvelles mesures en faveur des enseignants contractuels. Cela n’a pas laissé de marbre la partie syndicale.

Le communiqué du 8 juin émanant de la Fédération générale de l’enseignement secondaire (Fges) fait écho à celui publié le 7 juin par le ministère de l’Education qui avait annoncé que le ministère va servir les salaires des enseignants contractuels avant la fête de l’Aïd El Kébir.

La réaction de la Fges a été vive et sans nuances. En gros, il s’agirait d’une opération populiste, visant à mettre de côté les préoccupations réelles du secteur.

Un total de 13 MD

En fait, le communiqué ministériel a précisé qu’il avait alloué le montant de 13 millions de dinars destinés aux salaires des enseignants contractuels. En outre, le ministère a ajouté que ces enseignants vont bénéficier d’une couverture sanitaire et non d’un carnet de soins comme cela avait été annoncé, auparavant.

D’autre part, les listes de ceux qui seront recrutés cet été à la suite de l’étude de leurs dossiers et l’établissement d’une base de données seront publiées dans les prochains jours. De même, le communiqué ajoute que la situation des agents d’encadrement et des conseillers d’application est en cours d’examen.

Enfin, le ministère invite les “représentants du peuple” à se tenir prêts à des réunions pour examiner les problématiques de l’enseignement et de l’éducation dans leurs régions.

La riposte de la Fges n’a pas tardé. Elle reproche aux autorités de tutelle de se livrer à une politique populiste, cherchant à éluder les vrais problèmes.

Attachement à l’accord du 25 avril

L’un des premiers griefs formulés par le syndicat concerne le non-respect par le ministère de l’accord du 25 avril 2024 qui stipule l’élaboration de base de données des suppléants pour la période 2008- 2016, ainsi qu’une autre base pour ceux qui viennent après cette date.

A cet égard, la Fges réitère son attachement à l’application de l’accord du 25 avril 2024, tout en déplorant l’acheminement du ministère vers d’autres voies que celles convenues. La Fges fait, ici, allusion à l’intention du ministère d’impliquer les représentants du peuple au débat sur la question de la réforme du système éducatif. Pour la Fédération, cette question relève du ressort exclusif des vrais partenaires. Elle voit, dans cette démarche, une tentative d’exclusion.

Dans le communiqué en question, la Fges appelle les autorités à régler la situation matérielle des enseignants, des directeurs et des censeurs (heures supplémentaires, prime de roulement), ainsi que la situation des 56 oppositions aux résultats des promotions pour l’année 2022.

Laisser un commentaire