« Le carreau », une pièce de théâtre développée par les membres du club « Theatro Insat », sera présentée, ce soir, pour la première fois hors des murs de l’université, au théâtre L’Etoile du Nord.

« Le Carreau » est un travail collectif des jeunes étudiants scientifiques, des futurs ingénieurs, mais aussi des amoureux des arts et, particulièrement, du théâtre. Certains d’entre eux ont pris des cours de théâtre pour mieux développer leurs compétences et acquérir de nouvelles techniques. La mise en scène et la scénographie sont le fruit de la collaboration des comédiens Houssem Chabbouh, Amani Melliti, Mehdi Mejdoub, Ranya Raffa, Amine S’hiri et Asma Ben Neji.

Pendant une heure et demie, nous suivons Ammar, un jeune homme né aux Etats-Unis, dans son voyage vers son pays natal, suite à la décision du président Trump d’attaquer la Tunisie. Le jeune homme rencontra cinq personnages qui joueront plus que 40 rôles différents, et c’est là où il va tout comprendre.

Six étudiants de l’Insat, tous habillés en noir, leurs actions prennent place dans un carreau de 4 mètres carrés. Ils interprètent 40 personnages et 40 couleurs différentes. On a l’impression qu’on est face à un seul corps, une seule âme et une même vision.

Le concept de la pièce est inspiré du quotidien des Tunisiens et de ces étudiants, en particulier. « Le carreau » signifie, selon ces jeunes talent en herbe, la Tunisie. Un espace qu’on aime malgré tout et qu’on défend tout le temps. La pièce se veut une critique sociale des phénomènes sociaux auxquels on fait face aujourd’hui. C’est aussi une invitation aux Tunisiens de prendre du recul, de reconsidérer leurs choix et leurs actes afin de pouvoir avancer.

Ce travail est fondé sur le concept du metteur en scène polonais Jerzy Grotowski du théâtre pauvre, où le jeu et la technique de l’acteur priment sur les costumes, décors et éclairages. Ce concept met ainsi en valeur le corps du comédien.

La pièce, qui a remporté le premier prix de la compétition « Engineering Got Talent » à l’école Supcom avec la grande actrice Jouda Najeh, sera accompagnée par la musique live de Ramez Ben Aribia, lui aussi étudiant à l’Insat. Ce dernier représente aussi un personnage, « Derbekji », un personnage muet. Mais il se trouve hors du carreau. Ayant marre de la société tunisienne, il a décidé de sortir de ce carreau et d’utiliser la musique comme moyen de dénonciation, de critique et de protestation contre cette situation. Tout au long de la pièce, il exprime ses différentes émotions allant du chagrin, de la colère et du sarcasme.

Une première présentation de la pièce adaptée par le comédien Taoufik Bahri aura lieu, hors les murs des universités et spécialement au théâtre du Nord, l’espace qui célèbre le théâtre, la musique, la littérature et l’art tout court.

De multiples transitions, une improvisation musicale synchronisée et une performance inédite seront au rendez-vous.

Charger plus d'articles
Charger plus par Khouloud Kechiche
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire