« Depuis l’avènement du professionnalisme, les équipes tunisiennes se sont orientées vers le marché étranger pour renforcer leurs effectifs. Les choix n’ont pas été satisfaisants à cause de la modestie de certaines recrues et leurs demandes financières parfois exagérées. Ces joueurs étrangers sont des solutions urgentes pour combler l’insuffisance remarquable dans l’effectif et pour dénicher l’oiseau rare. Ces derniers sont, de leur côté, certains de trouver une vitrine incomparable qui leur sert de tremplin pour espérer rebondir en Europe ou dans les pays du Golfe. Ces joueurs et leurs agents savent profiter à fond de cette concurrence aveugle entre les clubs. C’est pourquoi des joueurs de qualité modeste qui n’ont pas trouvé preneur ailleurs sont recrutés aveuglément. Je ne vois pas l’intérêt de faire venir des joueurs africains modestes alors que nos jeunes sont capables de briller. Bref, le bonheur des uns fait le malheur des autres »

« Un contrôle inopérant»
« On se demande qui est  responsable de ces recrutements. Si c’est le staff technique ou les dirigeants. Certains dirigeants par complaisance avec des managers sont devenus responsables de l’arrivée de joueurs inconnus. Il n’y a plus de concurrence avec les joueurs locaux.
Malheureusement, on ne respecte pas le critère de la présence du joueur au sein de l’équipe nationale de son pays comme l’indique le règlement de la FTF. Il est indispensable de trouver des éléments capables de jouer la concurrence avec nos joueurs et pourquoi pas assurer des revenus budgétaires à la caisse des clubs en cas de transfert.
Le recrutement des joueurs étrangers est une affaire de moyens et de choix. Toutefois, les jeunes du cru doivent être encouragés pour renforcer les séniors et réduire les dépenses financières de leurs clubs. »

M.S.C.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Dossier du Lundi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *