Le Partenariat tuniso-allemand de l’énergie accompagne la Tunisie dans le développement et la mise en œuvre de sa politique énergétique nationale. Il a vu le jour début 2012 avec la signature d’une déclaration d’intention commune visant à établir une coopération énergétique principalement axée sur les énergies renouvelables, la réduction de la consommation d’énergie, le développement durable et la protection du climat.

Les énergies renouvelables s’avèrent être un gilet de sauvetage pour l’économie tunisienne d’autant plus que la Tunisie jouit d’un énorme potentiel solaire. Même si la Tunisie s’est lancée depuis au moins une décennie dans la promotion de ces énergies, de grands chantiers restent ouverts, à l’instar de celui des réformes législatives et du renforcement de la transition énergétique. En effet, la situation énergétique en Tunisie fait état de ressources énergétiques limitées, une baisse de la production énergétique et un fort accroissement de la demande. Ce décalage entre la production énergétique et la demande nationale en hydrocarbures a fait apparaître un déficit au niveau du bilan d’énergie.

Dans le cadre du partenariat tuniso-allemand de l’énergie et en partenariat avec le ministère de l’Energie, des Mines et de la Transition énergétique, l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) a organisé un voyage d’étude de «renforcement des capacités des journalistes tunisiens sur la transition énergétique» qui s’est déroulé du 1er au 6 mars dernier à Düsseldorf en Allemagne devenue une référence en matière d’énergies renouvelables et de transition énergétique.

Visites de terrain, conférences, rencontres, formation et échanges, ce voyage s’est inscrit dans l’ambition de proposer à sept journalistes tunisiens, dont un journaliste de La Presse, et des représentants du ministère précité, l’opportunité de se pencher sur l’expérience de cette ville allemande portant sur l’exploitation des énergies renouvelables.

Les journalistes tunisiens, ainsi qu’une délégation similaire de journalistes marocains, ont rencontré tout au long d’une semaine plusieurs acteurs du secteur de la transition énergétique de cette ville, une opportunité pour se situer également par rapport au savoir-faire allemand et aux possibilités de voir de tels projets énergétiques naître en Tunisie ou au Maroc.

A cet effet, les journalistes tunisiens ont valorisé le potentiel énergétique que renferme la Tunisie notamment en ce qui concerne l’énergie solaire et éolienne, ce qui a suscité un intérêt considérable chez les investisseurs et promoteurs allemands. C’est dans ce sens que le propriétaire d’une chaîne de boulangeries qui fonctionne totalement grâce aux énergies renouvelables, a affirmé sa prédisposition à coopérer avec des acteurs tunisiens en vue de monter des projets portant sur la transition énergétique.

L’hydrogène, vecteur d’énergie du futur

Parmi les visites qui ont marqué ce voyage, figure bel et bien le centre de compétences sur l’hydrogène H2Herten dans la ville de Herten. Centre d’application et de production l’hydrogène par électrolyse à partir de l’électricité éolienne, le site a particulièrement suscité l’intérêt des journalistes tunisiens, d’autant plus qu’il s’agit d’un centre de recherche et d’expérimentation qui ouvre ses portes aux sociétés internationales qui désirent produire de l’hydrogène connu comme étant l’énergie de demain.

La délégation de journalistes a eu également droit à une visite dans un complexe industriel de la mine de charbon classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Hier, il était synonyme de pollution et d’industrie lourde, aujourd’hui il accueille plus d’un million et demi de visiteurs chaque année. Ce complexe reflète bel et bien le tournant écologique de cette ville allemande qui s’est lancée depuis plusieurs années dans des mécanismes de transition énergétique. Ayant subi une transformation structurelle, cette mine de charbon s’est transformée en un monument emblématique de la culture industrielle mais surtout en un symbole de la transition énergétique.

La ville solaire de Gelsenkirchen a également ouvert ses portes aux journalistes tunisiens qui se sont initiés à l’expérience allemande en matière de transition et efficacité énergétiques. Le Wissenschafts Park de Gelsenkirchen témoigne en effet de la volonté politique et citoyenne de cette ville, ancien centre minier et sidérurgique, avec plus de la moitié de la population active employée dans ces secteurs jusqu’aux années 1960. La ville se dirige aujourd’hui vers un futur énergétique nouveau, basé sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. L’un des éléments clé de la politique de cette ville en matière d’urbanisme consiste à explorer et à mettre en œuvre les options offertes par l’énergie propre pour la revitalisation d’anciens sites miniers, et la rénovation de bâtiments liés à cette activité, tels que les corons.

La délégation tunisienne a participé également à un débat avec des journalistes allemands dans le cadre d’un atelier journalistique portant sur le rôle de la presse dans la promotion de la transition énergétique. Investigation, corruption, société civile et autres, les journalistes ont débattu de la nécessité de promouvoir les pratiques journalistiques portant sur le renforcement du secteur des énergies renouvelables et l’implication des citoyens notamment dans la sensibilisation. Les journalistes tunisiens et marocains ont également visité des sites énergivores de production d’électricité et de chaleur et des parcs éoliens et solaires en passant par des centres de recherche et des sites culturels.

Si ce voyage a permis aux journalistes maghrébins d’avoir un aperçu de l’expérience de cette ville allemande en matière de transition et efficacité énergétiques, il a également permis de souligner la nécessité d’opérer des réformes législatives que ce soit en Allemagne ou en Tunisie en vue de promouvoir ces secteurs liés aux énergies renouvelables.  

Le partenariat tuniso-allemand de l’énergie accompagne la Tunisie dans le développement et la mise en œuvre de sa politique énergétique nationale. Il a vu le jour début 2012 avec la signature d’une déclaration d’intention commune visant à établir une coopération énergétique principalement axée sur les énergies renouvelables, la réduction de la consommation d’énergie, le développement durable et la protection du climat.

La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH conseille et appuie le Partenariat de l’énergie dans l’élaboration d’un approvisionnement énergétique sûr, abordable et respectueux de l’environnement. Le partenariat vise plus particulièrement à améliorer l’efficacité et l’efficience des conditions encadrant le marché de l’énergie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire