• Mohamed Trabelsi, ministre des Affaires sociales, a indiqué que la question de la sécurité professionnelle demeure une priorité pour l’actuel gouvernement, affirmant que son département a entamé la réalisation d’un inventaire national relatif aux risques professionnels, le premier du genre en Afrique et dans le monde arabe.
  • Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’Ugtt, dénonce la hausse des prix et estime qu’elle a «absorbé»
    les dernières majorations salariales
  • Samir Majoul, président de l’Utica, annonce que la centrale patronale est en train de parachever un document sous forme d’une feuille de route relative aux principales réformes économiques

Lors de la cérémonie officielle de la célébration de la fête internationale du Travail, le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, a rappelé l’engagement de la Tunisie à créer un climat propice aux travailleurs tout en assurant leurs droits. Et de miser sur la valeur du travail comme garante du progrès du pays et de son économie. Le ministre a félicité, dans ce sens, le gouvernement après l’augmentation de 6,5%, à partir du 1er mai, du SMIG, des pensions de retraite pour le secteur privé et des salaires des ouvriers de chantiers. Et d’expliquer que cette mesure vise à renforcer le pouvoir d’achat des personnes à revenus limités notamment les « smigards ».

Plus tôt dans la journée d’hier, le chef du gouvernement Youssef Chahed a annoncé l’augmentation du salaire minimum garanti dans les secteurs industriel et agricole de 6,5% pour devenir 403,104 dt et ce, à compter du 1er mai 2019. Il a été également décidé d’augmenter les pensions de tous les retraités dans le secteur privé, affiliés à la Caisse nationale de sécurité sociale de 6,5% à partir de la même date. Une augmentation des salaires des ouvriers des chantiers de 6,5% par mois à partir du 1er mai 2019 a été également décidée.

Trabelsi, qui a inauguré, hier, cette cérémonie officielle à laquelle ont pris part le président de la République, le chef du gouvernement et le président de l’Assemblée des Représentants du Peuple, a souligné l’importance de l’institutionnalisation du dialogue national, la mise en place, en 2018, du Conseil national du dialogue social (CNDS), et le lancement de la commission générale du travail permettant de contribuer à réaliser la paix sociale et faciliter les négociations avec les parties sociales.

Lors de son intervention, Mohamed Trabelsi a également noté que la question de la sécurité professionnelle demeure une priorité pour l’actuel gouvernement, affirmant que son département a entamé la réalisation d’un inventaire national relatif aux risques professionnels, le premier du genre en Afrique et dans le monde arabe.

Trabelsi a rappelé que d’ici le mois de novembre prochain les carnets de soins en papier seront totalement supprimés et remplacés par la carte électronique « Labess » qui sera délivrée par la Cnam, « une mesure qui limitera les cas de corruption et de dilapidation de l’argent public ». Et de rappeler que d’autres cartes électroniques seront distribuées à 900 mille familles nécessiteuses pour bénéficier des aides sociales. « Parmi les principales réformes sociales figure la mise en œuvre du programme « Ahmini » (protège-moi), dédié à l’intégration des travailleuses du secteur agricole dans le système de protection sociale », a-t-il encore souligné.

Présent également lors de cette cérémonie, le secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail, Noureddine Taboubi, a dénoncé la hausse des prix qu’il a qualifiée d’inquiétante touchant notamment les salariés, ce qui a « absorbé », selon ses dires, les dernières majorations salariales. « Nous sommes conscients des difficultés économiques et sociales qu’affronte la Tunisie, mais nous n’accepterons jamais que le travailleur tunisien assume, à lui seul, cette conjoncture », a-t-il déclaré, appelant le gouvernement à multiplier ses efforts en matière de lutte contre l’économie parallèle.

Taboubi a également appelé à publier la liste définitive des martyrs de la révolution « pour éviter toute tension ».

L’Utica prépare une feuille de route

Samir Majoul, président de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) a, pour sa part, incité les jeunes chômeurs à se lancer dans l’entrepreneuriat, ce qui dynamisera davantage le tissu industriel en Tunisie, misant également sur le renforcement de la valeur du travail comme premier pilier du progrès économique et social, appelant le gouvernement à concrétiser sa stratégie nationale pour l’emploi annoncée depuis août 2017. Et de souligner « l’importance de multiplier les efforts sur la lutte contre le commerce illicite à travers la mise en place de mécanismes efficaces à même de contrôler cette activité illégale ».

Evoquant l’accident tragique survenu samedi dernier à Sidi Bouzid ayant coûté la vie à 12 ouvriers agricoles, Majoul a appelé « à trouver des solutions immédiates au problème du transport des ouvriers agricoles pour éviter de nouveaux drames ».

Le président de l’organisation patronale a annoncé que l’Utica est en train de parachever un document sous forme d’une feuille de route relative aux principales réformes économiques qui doivent être opérées en Tunisie, et la mettra à la disposition des partis politiques à l’occasion de la tenue des prochaines élections présidentielles et législatives.

Présents lors de cette cérémonie officielle tenue au Palais des Congrès de Tunis, les deux présidents de la République et du gouvernement Béji Caïd Essebsi et Youssef Chahed ont attribué des Prix récompensant le Travailleur exemplaire à des employés de différentes entreprises et administrations publiques et privées tandis que des sociétés ayant excellé dans la promotion du social ont été également gratifiées pour leurs efforts.

Charger plus d'articles
Charger plus par Khalil JELASSI
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *