Il fait partie de cette diaspora tunisienne  installée dans les quatre coins du globe. Originaire de Gafsa, il s’accroche à sa ville natale comme un naufragé à sa bouée de sauvetage et son long séjour dans le pays de la Vecchia signora (Torino) n’a pas altéré son attachement à la terre de son enfance ,lui qui n’a cessé d’œuvrer pour séduire les Italiens et les convaincre de venir booster la marche développementale dans l’ancienne Capsa (Gafsa).

Lui, c’est Adel Karoui, un businessman installé à Torino depuis une trentaine d’années, mais qui garde jalousement un lien ombilical avec la terre qui l’a vu naître. Il a organisé  dans sa ville de résidence une foire d’exposition afin de faire valoir les opportunités pour le développement des PME en Tunisie.

Lourdeur administrative

Il a, ensuite, convié un groupe d’investisseurs italiens à Gafsa pour découvrir les opportunités d’investissement qu’elle offre. Mais, n’en déplaise à certains et à cause d’une certaine nonchalance et d’une lourde bureaucratie qui tarde à épouser son époque, la ville de ses origines  a laissé filer une manne tombée du ciel qui aurait pu lui ouvrir grandes les portes d’une nouvelle ère pour lancer une  coopération fructueuse avec les Italiens.

Il s’agit d’un mégaprojet qui consiste à édifier une usine de montage d’avions légers (4 à 16 places) qui est parti en fumée, alors que ses alter ego italiens avaient manifesté un désir de le voir prendre forme. Mais, au vu des obstacles sur lesquels butent l’aménagement et la réalisation du pôle technologique de Gafsa, le facteur temps a été un adversaire difficile à battre. Avec amertume et des questions qui tardent à trouver réponse, notre invité n’oublie pas  le parcours du combattant semé d’embûches.

Un mégaprojet pourvoyeur d’emplois

Ce mégaprojet mobilisant un investissement de 50 à 100  millions de dinars aurait pu générer un nombre élevé de postes d’emploi pouvant même enlever une épine du pied des autorités régionales dans ces contrées. Expert rattaché à l’Organisation internationale pour les  migrations (OIM) et président de l’association (Al Bidaya), formée par des investisseurs italiens, il est expert en conseil de direction et d’assistance et d’accompagnement des investisseurs italiens en Tunisie et au Maghreb. La Micla Engineering and Design l’a choisi pour présenter son « opération séduction» pour booster l’investissement exterieur, IDE, et le soutien aux jeunes Tunisiens diplômés porteurs de projets auprès des entreprises étrangères. Il est à signaler que Micla Engineering  est une société italienne créée en 2005  et implantée en Allemagne et au Brésil et spécialisée dans l’ingénierie et design industriel pour les secteurs de l’automobile, l’aéronautique aérospatial et naval.

Ce trust va bénéficier aux ingénieurs tunisiens grâce à l’emploi de 50 cadres dont 4 sont déjà de l’autre côté de la rive de la Méditerranée  pour bénéficier d’un stage de formation dans l’usine mère. Idem pour les autres recrutés qui seront assistés par Adel Karoui qui veillera au grain pour les préparer à leur intégration dans la succursale tunisienne.

D’après notre interlocuteur, une autre société du même secteur se prépare à mettre les bouchées doubles pour venir renforcer le tissu entrepreneurial avec la capacité d’embaucher 50 autres ingénieurs. Et c’est ainsi qu’ils seront entre 100 et 120 ingénieurs, au bout d’une année, à y exercer grâce à leurs aptitudes  aux conditions de travail international.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hafedh Trabelsi
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire