Chronique d’Alfonso Campisi: Jordanie : Jerash, ancien lieu de rencontre entre Orient et Occident

1,056

Une plaque tournante commerciale florissante avec un passé légendaire, la ville de Jerash a connu sa période la plus prospère sous l’Empire romain. Et encore aujourd’hui, ses merveilleux monuments font revivre la splendeur de l’Empire.

L’Ancien Testament décrit le voyage juif vers la Terre Promise. Une fois arrivés aux frontières du Royaume d’Edom, dans le désert du Néguev, les juifs suppliaient les gens qui y vivaient de les laisser passer : «Laissez-nous passer par votre pays, nous suivrons la Voie Royale jusqu’à ce que nous ayons franchi vos frontières».

La Voie Royale, mentionnée dans les versets de la Bible, était une ancienne route marchande qui existait déjà à l’âge du bronze et reliait les peuples et les villes du Moyen-Orient, du golfe d’Aqaba à Damas. Bien qu’aucun grand empire ne surgisse en cours de route, les villes qu’ils avaient traversées prospérèrent grâce au commerce, car toutes les marchandises les plus fines de l’époque, les épices, le blé, l’encens et les perles, voyageaient dans cette direction.

L’une des villes les plus importantes qui s’est développée le long de la «Via Regia» était Jerash, fondée pendant la colonisation grecque de la région. La ville a continué à croître et à s’enrichir grâce au commerce jusqu’à la conquête romaine. A un peu moins de 50 kilomètres de Amman, la capitale jordanienne, Jerash reste l’une des villes les mieux préservées des paysages romains, un groupe de dix villes hellénistiques-romaines en territoire sémitique qui prospèrent dans l’Empire romain. Selon certaines inscriptions anciennes, le nom Jerash ou Gerasa dérive de ses premiers habitants, c’est-à-dire les vieux soldats —gerasmenos qui signifie vieux en grec— qui avaient participé aux campagnes militaires d’Alexandre le Grand au IVe siècle av. J.-C. Après les guerres perses, il semble que les anciens combattants macédoniens ont été récompensés par des terres fertiles entre le Jourdain et le désert.

Bien que le site ait été utilisé comme garnison militaire par Alexandre le Grand, l’histoire de la fondation par ses anciens combattants est peu probable. Le prénom de la ville n’était pas Jerash, un terme sémitique, mais un nom grec : Antioche à Chrysorrhoam, ou «Antioche sur les rives de la rivière dorée». C’est le nom donné à la première colonie hellénistique, fondée au IIe siècle av. J.-C., par le roi de Séleucide Antioche IV Epiphanes.

Les Séleucides descendaient du général macédonien Seleuco Nicatore qui, en 312 av. J.-C., prit le contrôle de la partie orientale de l’empire d’Alexandre. Pendant la dynastie séleucide, les langues et coutumes grecques se sont répandues au Moyen-Orient, et, entre le troisième et deuxième siècles av. J.-C., les colons grecs se sont mêlés aux populations locales. Pendant cette période, d’importants projets de développement de la ville ont été lancés avec la construction de temples dédiés aux divinités du panthéon grec. Bien qu’en concurrence constante avec les villes helléniques de la région, Jerash entretenait toujours de solides relations avec certains d’entre eux, comme Philadelphie, l’actuel Amman, et Héliopolis, aujourd’hui Baalbek au Liban.

Jerash est devenu un centre commercial florissant où différents peuples, langues et religions se mêlaient les uns aux autres. Il était normal que les colons grecs se retrouvent côte à côte avec les marchands persans, les Indiens et les Parthes. Dans la ville, ils parlaient grec et araméen et professaient la foi hellénistique et sémitique, en partie grâce à l’influence des commerçants venus de Petra voisine, la capitale du riche empire nabatéen.

La richesse de Jerash se reflète dans ses temples et ses bâtiments majestueux qui ornaient la ville. Dans la seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C., l’imposant temple d’Artémis, le Trou ovale, le Théâtre du Sud et l’Arche d’Hadrien ont été érigés, et se dressent encore parmi les ruines de la ville antique. Après la chute de l’Empire romain, Jerash connut une autre période de splendeur lorsqu’il rejoignit l’Empire byzantin au IVe siècle. En 749, il a été presque entièrement détruit par un tremblement de terre, mais en 1806, l’explorateur allemand Ulrich Jasper Seetzen a réussi à localiser ses restes. Aujourd’hui, Jerash est un site du patrimoine mondial de l’Unesco, et est considéré comme l’une des villes romaines les plus fascinantes et les mieux préservées du Moyen-Orient, «un ancien lieu de rencontre entre l’Occident et l’Orient».

Laisser un commentaire