La grosse colère de Samia Abbou

4,451
Ce matin la députée et épouse du ministre chargé des réformes administratives, Samia Abbou s’est emporté en pleine séance pour protester contre les dispositions du projet de loi qui permettra au parlement de travailler dans ces conditions exceptionnelles. Le projet permet entre autres un vote électronique à distance pour les élus ainsi que de larges prérogatives pour la présidence de l’ARP et le bureau de l’ARP.

La députée Samia Abbou a estimé que ce projet est une violation à la fois du règlement intérieur de l’ARP et de la constitution.

« Dites le de manière claire, pourquoi vous en cacher,à t-elle dit en s’adressant à Rached Ghannouchi, président de l’ARP. Vous avez peur de perdre le pouvoir en faveur du gouvernement, tout ça pour ne pas vous résigner à appliquer l’article 70 de la constitution ».

Rappelons que l’article 70 de la constitution de 2014 dispose que « l’Assemblée des représentants du peuple peut, au trois-cinquième de ses membres, habiliter par une loi, le Chef du Gouvernement, pour une période ne dépassant pas deux mois et, en vue d’un objectif déterminé, à prendre des décrets-lois, dans le domaine relevant de la loi. À l’expiration de cette période, ces décrets-lois sont soumis à l’approbation de l’Assemblée ».

En colère contre celles et ceux à l’hémicycle qui lui demandaient de se taire, la députée s’est levée et a déchiré, devant les caméras le document, objet du vote, distribué aux élus.

De son côté, le député d’Ennahdha Samir Dilou, a précisé que contrairement aux accusations, il ne s’agit nullement d’un amendement du règlement intérieur, mais de dispositions exceptionnelles.

Un commentaire

  1. Youssef kraiem

    27/03/2020 à 13:13

    Nul doute que le texte de la constitution nécessite une révision ,nul doute que le règlement intérieur mérite d’être assoupli pou devenir plus pratique,mais compte tenu de la situation que connait le pays,il n’est nullement opportun de procéder à ce genre d’initiative. Tous les efforts des représentants du peuple devraient être centrés sûr l’épidémie et exclure les différends et ce qui est de nature à les provoquer aux fins d’en tirer des avantages politiques.Aussi bien me Abbou que mr Makhlouf ont tout intérêt à interrompre leurs sorties théâtrales,l’UGTT à son rôle à jouer dans les circonstances présentes et ne doit pas être provoquée alors que mr Ghannouchi demeure le président légitime de l’ARP et mérite à ce titre d’être respecté. Les griefs qui leur sont imputés relèvent de la compétence de la justice en ce qui concerne l’agression contre le député Affes et les députés pour ce qui est du texte soumis à leur vote.De telles scènes répréhensibles sont à bannir car nuisibles à la crédibilité de l’Assemblée et partant à l’image du pays.

    Répondre

Laisser un commentaire