Turin | « Terra Madre Salone del Gusto » : Manger le bon, propre et juste !

3,439
Turin, la capitale de la gastronomie, la ville où l’amour de la vecchia signora est une religion a été sous les feux de la rampe à l’occasion de l’événement « Terra Madre Salone Del Gusto ».

Un rassemblement où les expériences politiques alimentaires urbaines dans certaines villes du monde ont été présentées.

Du 22 au 26 septembre 2022, la 14 éme édition de cet événementiel imprégné d’une réussite incontestable a permis de mettre en exergue le vrai défi d’une alimentation qui respecte le bon, le juste et propre, avec pour objectif de sauvegarder la biodiversité. Des diasporas installées dans le pays de la pizza y ont pris part.

Le tunisien Adel Karoui ; président de l’association Albideya(un groupement formé par des investisseurs italiens) ; et qui préside actuellement la CODIASCO (coordination des Diaspora pour la coopération internationale) a pu mesurer la portée futuriste engendrée par les communications qui ont meublé les travaux de ce rassemblement.

Joint par téléphone en direct de la péninsule, la figure emblématique de la diaspora tunisienne en Italie revient sur cet événement avec de plus amples détails «cet événement a mis en question les problèmes inhérents à la politique alimentaire urbaine. Il y a une crise qui impliquent les exploitants, les chefs cuisiniers et les producteurs»

Il s’agit d’un enjeu de taille face au changement climatique qui impose une justice sociale à instaurer. Pour notre interlocuteur : il s’agit d’assurer un avenir vivable pour les générations futures. C’est de la détermination qu’il faut se doter pour mettre en place une politique alimentaire initiatrice de paix.

Le vrai défi relevé à travers le rassemblement Terra Madre slow Food est d’instaurer des échanges fructueux pour cultiver ensemble un futur meilleur. Il s’agit de concevoir un avenir différent pour l’alimentation axé sur les choix quotidiens des citoyens et les efforts déployés par les communautés et les politiques des organisations publiques et privées».

Cette 14 éme édition qui a marquée le retour de l’événement à Turin, a été placée sous le thème Regeneraction, comme le souligne Adel Karoui : on a du pain sur la planche.

Notre communauté s’est fixée pour objectif de sauvegarder la biodiversité. Il est primordial d’œuvrer pour les 3 piliers. Le bon, propre et juste, c’est notre leitmotiv. Le challenge est de rehausser le niveau de ces trois axes, et c’est cela la régénération».


Turin, Milan, Grenoble, Ostende et Rome. Dans ces villes, vit plus de la moitié de la population mondiale et où est consommée 70 % de la nourriture produite dans le monde.

Ces métropoles peuvent créer des systèmes alimentaires durables et résilients ,et c’est à partir de ce constat que cet événement a consacré une table ronde au « Feeding the city» (nourrir la ville).

Le président de l’association Albidaya ; originaire de la, ville de Gafsa pense inclure sa ville natale dans le circuit : Gafsa regorge de richesses culinaires avec des produits de terroir qui appellent à être reconnus et exploités hors de nos frontières et plus particulièrement sur la rive nord de la méditerranée.

Nous travaillons sur le projet de les présenter dans le cadre d’une exposition sous la forme d’une carte postale à véhiculer dans le monde.

Les contacts sont déjà engagés avec les intéressés sur les lieux pour une liste exhaustive des composantes culinaires à la gafsienne qui auront des atouts à faire valoir».

Les lampions se sont éteints sur cette édition de (Terra Madre Salone del Gusto) mais l’espoir de voir des plats typiquement gafsiens ornés la prochaine édition titille notre interviewé qui s’y est plongé déjà. Un nouveau défi qui viendra s’ajouter à de précédentes initiatives qui ont permis à des investisseurs italiens de venir découvrir les opportunités offertes dans la ville de son enfance.

Laisser un commentaire