Les principes sacro-saints de la souveraineté

2,584
Editorial La Presse

Le monde aura fait un grand pas vers l’accalmie quand on verra des parties influentes, qui ont la parole et le pouvoir, assumer le rôle qui leur incombe. Il ne faut pas bien entendu généraliser ce constat amer, mais il est de plus en plus nécessaire aujourd’hui d’en prendre conscience. 

Ce qui se passe actuellement avec la Tunisie, qui n’admet pas que l’on s’immisce dans ses affaires internes, encore moins de subir des pressions sur fond de surenchères, est l’exemple type le plus flagrant de dérive diplomatique, de l’expression la plus antagoniste, la plus ambiguë de l’ingérence et de l’atteinte à la souveraineté des pays.

Et comme ces parties influentes ont déjà « leurs raisons et leur avis pertinents » sur les affaires internes des autres, le dialogue et l’échange n’existent plus. Les bonnes questions, les vraies, ne se posent plus.  D’ailleurs, leur entêtement enfreint les principes sacro-saints de la souveraineté et de l’indépendance des pays.

Engagés dans des positions aux relents de confusion et d’imbroglio, d’interférences aux desseins inavoués et qui ne disent pas leur nom, certaines organisations foulent aux pieds les relations internationales.

Dans un ordre mondial en mutation constante, il y a assurément des moments de tension, dus la plupart de temps aux divergences de points de vue et à l’incompréhension. La guerre sans merci et usant de tout à laquelle se livrent certaines parties contre la Tunisie est cependant plus qu’une incompréhension. Le summum de l’intransigeance !

Il est regrettable que, d’une réaction à l’autre, d’une prise de position à l’autre, des parties se laissent entraîner dans des considérations qui véhiculent tous les travers non contenues dans les chartes et les idéaux internationaux.

Faute d’arguments justifiés, le sens exacerbé de certains se traduit par des réactions et des positions des plus inconséquentes, des plus risquées, car soutenues par ceux qui sont privés de discernement, de clairvoyance et de bon sens…

Laisser un commentaire