L’USBG sauve sa peau en ligue 1 : Une rage de vaincre salutaire 

1,117

 

Les «Jaune et Noir» de Ben Guerdane n’ont pas fait dans le détail et s’en sont donné à cœur joie devant l’équipe du Bassin minier. Maintien quasi assuré.

Le match contre l’ESM, un concurrent direct pour la survie en Ligue 1, était pour le coach Mohamed Ali Maâlej et ses hommes l’occasion à ne pas manquer pour empocher coûte que coûte les trois points du salut. L’objectif a été atteint par une large victoire par 3 buts à 0. Avec la manière ajoutée à ce brillant résultat, ce sursaut rageur des Benguerdanais  a été au-delà de toutes les espérances. Sans observer le round d’observation habituel, Ayoub Mcharek et ses partenaires ont pris d’emblée le taureau par les cornes et fait le siège de la surface de l’équipe du Bassin  minier, étouffée par la série des attaques répétées. «La clé de réussite dans une partie d’une telle importance, c’était de trouver le plus rapidement possible le chemin du but», a confié Mohamed Ali Maâlej.  Il n’a pas fallu plus de dix minutes pour que ses protégés y parviennent. Après un penalty refusé à Nassim Sioud par l’arbitre Khaled Gouider ( 5’ ), le premier but est venu des pieds de Houssem Habbassi par une jolie frappe bien enroulée à l’entrée de la surface de réparation qui a pris de court le gardien Hamza Ben Chérifia ( 10 ‘ ). Une ouverture du score qui a aiguisé l’appétit des locaux lesquels ont multiplié les percées dans la zone adverse et ont raté de très peu plus d’une occasion de faire le break par le même Nassim Sioud, Mohamed Ali Omri et Mohamed Nasr Hamed. «Nous avons su profiter de notre temps fort dans ce match pour maintenir une forte pression et essayer d’asséner le coup de grâce à notre adversaire, avant qu’il ne se rebiffe et ne tente de reprendre le contrôle de la situation», a poursuivi le technicien de l’équipe de Ben Guerdane. «Nous aurions pu rentrer aux vestiaires à la mi-temps avec trois buts d’avance. Nous l’avons raté d’un cheveu, mais ce n’était que partie remise». Effectivement, aucune équipe n’aurait pu faire face à cet ouragan d’une équipe déchaînée et habitée par une grande rage de vaincre. Nassim Sioud a réussi le deuxième but libérateur ( 58 ‘ ), le 8e à son actif après un long mutisme qui le replace en tête des buteurs avec le Cabiste Taïeb Ben Zitoun.

Habassi, l’homme de la délivrance

Les coéquipiers de Saifeddine Charfi n’ont pas arrêté leur festival et ont continué leur belle promenade face à l’équipe de Kaïs Yaâcoubi. Loin sur les gradins à cause de sa sanction, il ne faisait que constater les dégâts et ne comprenait rien au naufrage de son équipe. Le temps que Houssem Habbassi conclut par un troisième but dans le temps additionnel ( 90 + 2 ). Avec son  doublé décisif dans cette rencontre, Houssem Habbassi a été l’homme du match. Avec ses cinq buts de la saison, le meneur de jeu de l’équipe de Ben Guerdane a été l’homme de la délivrance et a pris une part prépondérante dans ce sursaut rageur de son équipe qui lui a évité normalement la descente aux enfers. «Certes mathématiquement, nous ne sommes pas encore à l’abri, mais logiquement nous n’avons pas de soucis à nous faire. Après un déplacement difficile pour affronter l’OB le 1er juin, nous recevrons l’ASM pour la dernière journée du 15 juin. Une dernière apparition devant notre public qui nous permettra de fêter notre maintien, surtout que les Marsois, déjà relégués en Ligue 2, n’auront pas les ressources mentales suffisantes et le moral pour nous barrer la route et nous priver de ce maintien qui sera assuré avec mérite après tant de sueurs froides», a précisé Mohamed Ali Maâlej avec le sourire de satisfaction d’un entraîneur sûr de réussir la tâche pour laquelle il a été appelé.

Laisser un commentaire