Valorisation de l’huile d’olive tunisienne : Une marque déposée et un symbole de fierté 

2,295

 

Créer  une identité de marque forte pour l’huile d’olive tunisienne est une étape clé, selon les différents exportateurs de l’or vert. Cela inclut le développement d’une identité visuelle distinctive avec un logo et un slogan attractifs pour en créer un label. Mettre en avant l’héritage et la tradition de l’oliveraie tunisienne, en racontant des histoires sur les producteurs et les régions oléicoles, peut renforcer la marque également sur le plan culturel. 

Qui dit l’Italie dit les pâtes, qui dit la Suisse dit le chocolat, qui dit la Tunisie doit dire désormais l’huile d’olive. Cet aliment peut se transformer, en effet, en véritable brand ( marque) national, symbole de fierté. Pour de nombreux experts, et en dépit des atouts dont dispose la Tunisie, cette culture n’est pas assez valorisée. Dernièrement, la ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Energie a annoncé que l’huile d’olive tunisienne conditionnée s’est encore distinguée à l’échelle internationale, en décrochant 26 nouvelles médailles dont 12 en or et 14 en argent au concours international de l’huile d’olive de New-York (NYIOOC 2024). L’huile d’olive tunisienne a également obtenu 30 médailles au Concours international scandinave de l’huile d’olive tenu à Copenhague au Danemark, se classant au premier rang dans cette compétition. La Grèce a occupé le deuxième rang suivie par l’Espagne (3e) et l’Italie (4e). Ces médailles se répartissent entre 24 médailles d’or pour la qualité du produit, 4 médailles d’or dans la catégorie Santé et 4 médailles d’argent.

Ces prouesses viennent confirmer la qualité exceptionnelle de l’huile d’olive tunisienne. Seulement des pas restent à franchir pour transformer l’or vert en marque nationale reconnue à l’échelle mondiale. Avec une histoire riche et des conditions climatiques idéales pour la culture des oliviers, la Tunisie dispose de nombre d’atouts pour se distinguer davantage. Et pour transformer cette ressource en un véritable brand national, une approche stratégique est nécessaire, intégrant amélioration de la qualité, marketing, distribution, et reconnaissance internationale.

Pour les experts en la matière, la qualité de l’huile d’olive est essentielle pour bâtir une marque forte. Ainsi, et pour garantir une huile d’olive de premier choix, il est crucial de respecter les standards internationaux, tels que ceux établis par le Conseil oléicole international. L’adoption de techniques agricoles modernes peut également améliorer la qualité des olives. En outre, un système rigoureux de contrôle de qualité tout au long du processus de production, de la culture des olives au conditionnement, est indispensable pour garantir une huile d’olive exceptionnelle.

Distribution et Accessibilité

Cependant, il faut dire que l’huile d’olive tunisienne manque de visibilité sur plusieurs marchés internationaux du fait qu’elle est souvent exportée en vrac. Pour garantir la disponibilité de l’huile d’olive tunisienne sur différents marchés, il est important de nouer des partenariats avec des distributeurs et des détaillants locaux et internationaux. Le développement d’une plateforme de vente en ligne et l’utilisation de plateformes e-commerce internationales permettront de toucher un public plus large. Identifier les marchés internationaux clés et développer des stratégies spécifiques pour gagner ces marchés est également essentiel, s’accordent à dire les experts. 

C’est dans ce sens que Moez Gharbi, producteur et exportateur d’huile d’olive extra vierge joint par La Presse plaide en faveur d’une agence nationale dédiée à la promotion de cet aliment en Tunisie, mais surtout à l’échelle internationale. Selon lui, notre huile reste tributaire des marchés dits classiques, en majorité européens, bien que de nombreux pays concurrents aient opté pour la conquête de nouveaux marchés. « Je cite notamment le marché chinois qui est en pleine croissance. En effet, selon les études, la Chine figure en tête des nouveaux marchés importateurs d’huile d’olive. C’est un marché émergent qui possède un taux de croissance de 100% par an. Or, en Chine, ces produits viennent spécialement d’Espagne et d’Italie et pourquoi pas de la Tunisie ? », s’est-il interrogé. Il ajoute que le plus important aujourd’hui, réside dans la création d’un brand national de l’huile d’olive. « Elle doit être une image de marque pour le pays, or, nous sommes encore loin, car la majorité des quantités est exportée en vrac et est reconditionnée par les parties européennes », se désole-t-il.

Pour une identité visuelle distinguée

Créer donc une identité de marque forte pour l’huile d’olive tunisienne est une étape clé, selon les différents exportateurs de l’or vert. Pour eux, cela inclut le développement d’une identité visuelle distinctive avec un logo et un slogan attractifs pour en créer un label. Mettre en avant l’héritage et la tradition de l’oliveraie tunisienne, en racontant des histoires sur les producteurs et les régions oléicoles, peut renforcer la marque sur le plan culturel. 

Contactée pour un nouvel éclairage, la Chambre régionale des propriétaires d’huileries de Sfax, l’une des plus importantes à l’échelle nationale, estime que pour pouvoir franchir ce cap, la Tunisie doit développer une stratégie de marketing efficace et faire connaître l’huile d’olive tunisienne. Seulement et tant que l’exportation en vrac continue de dominer ce marché, on ne peut espérer un bond qualitatif. En effet, on nous explique que lorsque l’huile d’olive est exportée en vrac, elle est souvent mélangée avec des huiles d’autres pays et vendue sous des marques étrangères. Cela empêche les producteurs tunisiens de bénéficier de la reconnaissance et de la valorisation de leur produit. 

La Tunisie perd ainsi une opportunité de capitaliser la qualité de son produit phare. « En exportant l’huile d’olive en vrac plutôt que sous forme emballée et étiquetée, la Tunisie renonce à une partie significative de la valeur ajoutée qui pourrait être capturée localement. L’emballage, l’étiquetage et la commercialisation sont donc des étapes qui génèrent des emplois et des revenus supplémentaires, ce qui est perdu lorsque ces processus sont réalisés à l’étranger », a-t-on également expliqué, ajoutant que pour y remédier, l’Etat doit intervenir par le biais de nouvelles stratégies et objectifs. Et d’ajouter que si l’exportation en vrac de l’huile d’olive tunisienne présente des avantages en termes de volume et de facilité logistique, elle comporte également plusieurs inconvénients significatifs qui limitent le potentiel de développement de cette industrie.

Pour maximiser donc les bénéfices économiques et renforcer la compétitivité, il est crucial de se concentrer sur la valorisation du produit par l’emballage, la marque et la qualité. « La valorisation englobe tout le processus, de la cueillette à la mise en bouteille, en passant par le traitement industriel tout en préservant la qualité d’une huile reconnue à l’échelle internationale », a-t-on conclu.  

Quid de la qualité ?

En effet, il est reconnu que la qualité de l’huile d’olive tunisienne est irréprochable, notamment lorsqu’on parle de huiles extra vierges. Il faut noter que les huiles « vierge extra » sont sans défaut, cependant, les huiles vierges sont passibles de receler certains défauts inférieurs à une échelle de 3,5/10. Les défauts peuvent résulter de mauvaises pratiques agricoles, de conditions de stockage inadéquates ou d’un mauvais traitement des olives.

Comment donc bien choisir une huile d’olive ? En particulier, une huile d’olive extra vierge nécessite de prendre en compte plusieurs critères pour garantir la qualité et le goût souhaités. Généralement, des indications géographiques protégées (IGP) ou des appellations d’origine protégées (AOP) garantissent l’origine et la qualité. De même, plus l’huile est fraîche, mieux c’est. Il faut donc opter pour des huiles récoltées dans l’année. Le conditionnement est également un facteur clé dans ce choix. Les bouteilles en verre foncé protègent l’huile de la lumière, ce qui préserve ses qualités. Les boîtes métalliques sont également efficaces pour protéger l’huile de la lumière et de l’oxygène. Il faut cependant éviter le plastique transparent  qui est beaucoup moins efficace pour protéger l’huile.

Une question de formation et de culture

La formation des producteurs sur les meilleures pratiques agricoles et les techniques de production est fondamentale pour améliorer constamment la qualité de l’huile d’olive. Sensibiliser les consommateurs, tant localement que sur le plan international, aux avantages de l’huile d’olive tunisienne peut créer une demande plus forte. Des campagnes éducatives et des ateliers de dégustation peuvent aider à mieux promouvoir les qualités uniques de l’huile d’olive tunisienne.

En suivant ces stratégies, l’huile d’olive tunisienne peut non seulement se positionner comme un produit de haute qualité sur le marché mondial, mais aussi devenir un symbole national de fierté et d’excellence. L’engagement des producteurs, des autorités et des consommateurs est essentiel pour transformer cette vision en réalité et faire de l’huile d’olive tunisienne une véritable marque identifiée et valorisée.

Laisser un commentaire