Au gré des expositions: Raconter des lieux

1,783

Le plus souvent, les expositions fleurissent au printemps, et, au gré des promenades, souvent, on peut tomber sur des découvertes. Véronique Engels, artiste peintre, a transformé la galerie Alain-Nadaud, le temps d’une exposition de ses œuvres, dans un jardin poétique et imaginé. Par ailleurs, l’exposition itinérante, à caractère urbain, autour de la ville d’Hammam-Lif, poursuit son chemin jusqu’à octobre 2024.

«Hammam-Lif, mémoire vivante d’une ville aux mille visages»

Qui serait plus efficace qu’une exposition photographique, en images d’archives et en légendes, afin de raconter autrement une ville historiquement riche ? C’est dans le hall de l’Institut français de Tunisie que l’exposition didactique autour de la ville d’Hammam-Lif s’est tenue en premier, avant de se déplacer… sur le Grand-Tunis, se rendant ainsi accessible aux étudiants et aux habitants de la ville concernée, joyau historique de la banlieue sud de la capitale.

Une ville, qui, dans le temps, fut la destination préférée du Bey. Mi-montagneuse – mi-côtière, elle a longtemps été ornée d’habitats, et de lieux qui racontent l’histoire de la Tunisie sous le colon, et bien avant. Des édifices et coins emblématiques, pour la plupart désertés, détériorés, pas conservés. Elle allie différents styles architecturaux. Le travail a été accompli sous la houlette des deux commissaires, Leila Ammar et Mme Nawel Laroui. Avec leur équipe, elles se sont basées sur les travaux de recherches de chercheurs, enseignants, architectes, paysagistes, urbanistes, experts.

Le rendu final est édifiant : il raconte le passé d’une cité et éclaire aussi sur son avenir menacé. M. Jelal Abdelkafi, Mme Nabila Bakli, Mme Hanène Ben Slama, Mme Cyrine Bouagila, Mme Saloua Ferjani, Mme Baya Labidi ont prêté main-forte afin de réaliser ce travail, mené à bout grâce à leur implication. Patrimoine architectural, paysages naturels, urbanisation et enjeux liés à la menace climatique sont racontés à travers ce travail, visible encore au public, du 23 mai au 28 juin à l’Ecole nationale d’architecture et d’urbanisme (Enau) de Tunis. Du 30 juin au 15 octobre à la municipalité d’Hammam-Lif, et à partir du 15 octobre dans les écoles, collèges et lycées de la ville.

«Regarde !» de Véronique Engels

Fusionner influences poétiques et sa propre peinture dans une galerie aussi connue que celle d’Alain Nadaud, Véronique Engels l’a fait ! «Regarde !», sa dernière exposition en date, organisée à Tunis, a attiré plus de 400 visiteurs (hors vernissage !) sur une douzaine de jours. Nous approchons d’un finissage réservé aux retardataires et n’avons pu résister afin de nous laisser emporter par le vert, qui prime dans tout l’espace et sur deux étages. Tel un jardin, l’espace abrite différentes peintures hautes en couleur. Un travail pictural, habité par des chats (en référence à Colette, figure littéraire incontournable) et de citations, y compris celles de Mahmoud Darwish.

L’artiste fait référence aussi aux miroirs, qui provoquent émerveillement. Elle mentionne les fauteuils intégrés, les plantes, et autant d’éléments qui constituent une forêt. Une ambiance autre ! «Le parallèle avec Darwish était évident pour moi : un clin d’œil à l’Orient qui fait partie de mon existence, de mes voyages. C’est le poète de la nature du quotidien : il détourne les maux du monde avec des mots d’amour et de poésie. Colette manie la langue d’une manière simple et singulière». Cite Engels lors d’une visite de la galerie. Zeineb Henchiri, alias Zou Vitamine, a prêté sa voix aux passages audio de Colette et de Darwish. Fayçal Karray a signé la scénographie. Véronique Engels espère rendre son travail itinérant afin de parvenir un plus grand nombre de personnes, surtout en dehors de la capitale.

Laisser un commentaire