Une initiative louable lancée par l’université de Sousse : celle de la fabrication de respirateurs, de réanimateurs et d’équipements bio-médicaux dans le cadre de la lutte contre les effets du coronavirus avec la collaboration des institutions universitaires de la région et des entreprises spécialisées dans la fabrication des équipements médicaux.


Dans le cadre de sa responsabilité sociale et afin de renforcer les moyens et les équipements de lutte contre les effets néfastes du coronavirus, surtout pour la prise en charge des malades contaminés et en état d’insuffisance respiratoire, l’université de Sousse a lancé récemment une initiative consistant en la fabrication de respirateurs, de réanimateurs et d’autres équipements bio-médicaux, comme les canules…..

Cette initiative a été entreprise avec la collaboration de certains établissements de l’université de Sousse, dont la Faculté de médecine de Sousse (FMS), l’Ecole nationale d’ingénieurs de Sousse (Eniso), l’Institut supérieur des sciences appliquées et de la technologie (Issat), l’Ecole supérieure des sciences et de la technologie de Hammam-Sousse (Essths), l’Ecole supérieure des sciences et techniques de la santé (Essts), et l’Institut supérieur des sciences infirmières (Issi).

Le professeur Ali Mtiraoui — président de l’université de Sousse — nous a indiqué que cette initiative est en fait un challenge et un défi à remporter, consistant en la fabrication du matériel médical sus-indiqué (respirateurs, réanimateurs et équipements bio médicaux) d’ici la fin du mois de mars.

D’ailleurs, le prototype du respirateur a été déjà conçu par les élèves ingénieurs de l’Eniso. 

Pour réussir le lancement de cette initiative, nous a-t-il affirmé, l’université de Sousse a mis en place deux  équipes de travail. La première équipe — chargée de concevoir et de fabriquer les respirateurs, les réanimateurs et d’autres équipements médicaux — est composée d’intervenants académiques et d’étudiants de l’Eniso, de la FMS, de l’Issat et de l’Issi.

La  seconde équipe — chargée de travailler sur des solutions d’urgence pour la remise en bon état de fonctionnement du matériel biomédical actuellement non fonctionnel au sein de certains services hospitaliers —, est composée des parties prenantes et des techniciens de l’Essts et de l’Essths.

Il a noté que la cellule de pilotage de cette initiative est composée en fait d’étudiants chercheurs, de médecins, d’enseignants académiques et hospitalo-universitaires. 

Il a ajouté que les entreprises volontaires spécialisées dans le domaine médical, électronique et mécanique peuvent contribuer à la fabrication des respirateurs, des réanimateurs, des équipements bio médicaux, ainsi que des cartes électroniques et des capteurs nécessaires au fonctionnement du système de réanimation.

Ces entreprises doivent contacter le coordinateur de cette initiative M. Mehdi Haddada à l’université de Sousse.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hichem BENZARTI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire