« Le ministère de l’enseignement supérieur s’emploie à rapatrier mille étudiants tunisiens bloqués à l’étranger au cours des prochains jours après l’appel à l’aide lancé par ces étudiants », a indiqué le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Slim Choura.

« La cellule de crise relevant de la présidence du gouvernement et la commission créée au sein du ministère de l’enseignement supérieur prendront les mesures nécessaires pour la localisation géographique de ces étudiants, afin de les rapatrier dans les meilleurs délais », a annoncé le ministre, lors d’un point de presse tenu, à l’issu d’une réunion ministérielle au siège du ministère des affaires étrangères consacrée à l’examen de la situation des Tunisiens bloqués à l’étranger.

Il a affirmé que le nombre des étudiants à l’étranger est de plus de 20 mille repartis sur plusieurs pays dans le monde, dont la plupart résident dans les pays de l’Europe.

« Les demandes de rapatriement ne sont pas élevées par rapport au nombre total des étudiants poursuivant leurs études hors des frontières », a-t-il dit. , exprimant le souhait que cette épidémie mondiale soit endiguée au plus vite.

Il a fait savoir que la Tunisie est prête à tous les scénarios pour rapatrier les étudiants à l’étranger surtout que l’année universitaire touche à sa fin, signalant que le ministère a mis au point une stratégie visant à garantir l’avenir de ces étudiants selon l’évolution de la situation liée à la lutte contre la pandémie.

Choura a souligné que le ministère est prédisposé a communiquer à distance avec tous les étudiants bloqués à l’étranger à travers la mission universitaire à Paris (France) et à Montréal (Canada) pour les étudiants de l’Amérique du nord et du sud, ajoutant que la coordination avec le ministère est assurée avec les missions diplomatiques de la Tunisie à travers tous les pays du monde.

« Le ministère de l’enseignement fournira une aide financière à tous les étudiants qui ne bénéficient pas de bourses et aussi aux étudiants résidant à l’étranger pour une courte période » a ajouté le ministre, rappelant que les missions diplomatiques avaient soutenu financièrement un grand nombre d’étudiants, alors que d’autres ont été pris en charge par des familles tunisiennes.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire