Incroyable mais vrai ! Le centre de la CNAM de Nabeul a vécu une journée frissonnante et donnant froid dans le dos, le 4 Mai courant, le premier jour du déconfinement progressif ciblé.

Un monde fou de visiteurs s’est massé, dès les premières heures d’ouverture du centre de Nabeul. Une foule semblant ignorer les risques incommensurables d’un tel rassemblement alors que le coronavirus ne nous a pas encore dit bye ! Bonne santé et bon travail ! Un effectif d’environ – tenez vous bien !- de mille cinq cent personnes ont été là sur place pour « fêter » à leur manière et quelle manière ! L’amorce si attendue du déconfinement ! Assurés sociaux et fournisseurs de prestations confondus cherchant, dans une anarchie inimaginable, à suivre leurs divers dossiers. La plupart de ces gens voulaient connaitre l’issue de leurs bulletins de soins, attardés par la mesure de confinement général et la quasi-paralysie de nos services administratifs.

Entre la peste de la disette de sous, et le corona, je crois qu’on a fait le plus mauvais choix ! Pour ces sans- le- sou et crève- la- faim, en plein mois saint, ils estiment ne pas avoir le choix. « Ventre creux n’a pas d’oreilles », dit l’adage. Des oreilles s’étant avérées sourdes aux appels, lancés urbi et orbi par nos officiels de tous bords…

Les effectifs réduits à  50% (comme partout ailleurs dans nos administrations) méritent bien un geste de reconnaissance et un sincère bravo, pour s’être surpassés et avoir sué sang et eau, pour donner tant bien que mal, satisfaction à cette marée humaine, dans une salle d’attente si exigüe et si inadaptée à la forte concentration démographique dans la capitale de la poterie.

Sachant qu’au niveau central, la CNAM a eu à prendre une batterie de mesures de souplesse et de tolérance telles que la prolongation de la date de validité des carnets de soins, la prorogation des délais de prise en charge des soins, l’institution d’une boite postale et l’envoi des accusés de réception par SMS, etc…

Charger plus d'articles
Charger plus par Larbi DEROUICHE
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire