Interminable attente, curiosité et … crainte. Voici l’état d’esprit d’un voyageur lambda sur le point de dépasser une frontière qui sépare deux pays. Le lieu ? Une salle d’embarquement ou de transit. Le temps ? Celui d’un décollage… qui va tarder à se faire.

Une suspension dans le temps et l’attente interminable dans une salle de transit. Pas si simple de sillonner le monde, peu importe la nationalité, la destination, la raison derrière ce voyage… Trois personnes verront le cours de leur vie se faire ou se défaire par un agent de la douane dans un aéroport. L’attente est longue et elle se fait sentir… Les voyageurs se retrouvent confrontés à des questionnaires, une fouille minutieuse, une paperasse insurmontable, à contrôler ou à revoir et se heurtent à des barrières tenaces, parfois infranchissables. Pourquoi certains aéroports génèrent-ils autant d’attente et de réticences ? Le silence est devenu assourdissant à force d’attendre. Comme suspendue dans le temps, la déroute s’est finalement emparée de tout le monde : spectateurs présents et voyageurs protagonistes sur le point d’embarquer.

La pièce traite des restrictions imposées par les Etats du monde pour empêcher les individus de se déplacer, une manière autre aussi de les tracer. Un droit élémentaire humain souvent bafoué par les autorités.

La création introduit d’avance son public dans son cadre spatial : une salle de transit reconstituée à l’extérieur de la salle d’El Teatro, des billets d’avion pour tous les invités en guise de tickets d’entrée, une destination baptisée «Une ville dans le monde»…Au début, cette pièce se laisse désirer et se veut interactive. Quant au voyage, il s’annonce trépidant pour le public, et mouvementé pour les voyageurs sur scène.  Le silence est langage et c’est ce qui a plané pendant tout le spectacle. Des bribes de phrases et des bruits ont émané. «First class» n’est pas une simple dénonciation de ces pratiques restrictives, il s’agit également d’un voyage dans le temps, singulier, intimiste, extrait d’un vécu réel, d’un passé ponctué de déplacements : celui de son créateur Rémi Sarmini, qui a fui l’enfer de la guerre en Syrie, en partant au Liban, aux Emirats Arabes Unis, en Egypte, entre autres, avant de rechuter dans le gouffre soudanais et de s’installer en Tunisie. Il le projette dans le personnage d’un jeune homme, à l’apparence défraîchie, appartenant à un autre espace-temps, et qui s’offre à lui seul, un monodrame : tel un homme des cavernes malmené par les aléas de la vie, il lance des cris, difficilement discernables et se lance dans des remises en question avec lui-même, ses rapports aux autres, son relationnel, sa spiritualité étalée, son rapport avec son créateur : une partie qui laisse perplexe, et qui se déroule en simultané sur scène avec l’intrigue de la pièce et de sa thématique centrale. L’embarquement à «First class» peut être vu différemment d’une personne à une autre : les non-dits embrouillent la bonne réception de quelques scènes par moments, mais n’empêchent pas d’encaisser le message principal.

Cette création est jouée par des acteurs tunisiens et syriens : Ichraq Matar, Ahmed Mourad Khanfir, Nejdvan Soliman et Bashar Abassi mise en scène par Rémi Sarmini, sans oublier la remarquable scénographie de Hossein Tikriti. La pièce a été programmée jusqu’à hier 4 mai. Cette production d’Al Mawred et ArtVeda a été soutenue par El Teatro. Il s’agit de la 4e création de Tajroubah Troupe.

Crédit Photo : © Med Karim Amri

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *