Le Ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale et la Banque Allemande de Développement et (KfW) viennent de signer un accord de prêt de 150 millions d’euros (l’équivalent de 482 millions de dinars) visant à mettre en place le « Programme d’appui aux réformes du secteur public, phase I ».

Ce financement contribuera à stabiliser le budget de l’État tunisien et lui permet d’agir dans la crise causée par le COVID 19, indique un communiqué publié, mardi, par la KfW.

Cet accord de prêt s’inscrit dans le cadre d’un programme de soutien international pluriannuel, auquel contribue la KfW, l’Agence Française de Développement (AFD), l’Agence Japonaise pour la Coopération Internationale (JICA), la Banque Africaine de Développement et la Banque mondiale.

Il s’inscrit également dans le cadre du partenariat de réforme tuniso-allemand.

Récemment, l’Allemagne et la Tunisie ont convenu d’étendre ce partenariat du secteur financier au secteur public.

L’objectif étant d’améliorer l’environnement d’investissement et rendre le secteur public tunisien plus efficace et plus moderne.

D’après la KfW, le décaissement de la contribution allemande sera lié à la réalisation des réformes dans les domaines de l’administration publique, de l’administration fiscale et des entreprises publiques.

 » L’élargissement du partenariat de réforme entre l’Allemagne et la Tunisie témoigne du caractère positif et fructueux de cette initiative. L’objectif actuel est d’alléger à long terme la charge du budget national tunisien par le biais des réformes souhaitées. En outre, l’environnement d’investissement devrait devenir plus attrayant grâce à une administration plus efficace et à des réformes du système fiscal. Mais la population tunisienne bénéficiera également de meilleurs services fournis par l’État « , a déclaré Joachim Nagel, membre du conseil d’administration de la KfW.

Représentée en Tunisie depuis les années soixante, la Banque allemande de développement (KfW) agit pour le compte du gouvernement fédéral allemand. Elle soutient les réformes, les infrastructures et les systèmes financiers pour une croissance économique socialement équitable et respectueuse de l’environnement dans les pays en voie de développement.

Elle promeut des projets d’investissement et soutient des processus de réforme dans les pays en développement et les économies émergentes. Ses objectifs comprennent l’amélioration durable de la situation économique et sociale de la population, la diminution de la pauvreté et la protection de l’environnement et du climat.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Liberte

    14/07/2020 à 10:46

    Sur combien d’années et à quel taux ?

    Répondre

Laisser un commentaire