Le service de réanimation à l’hôpital régional de Tabarka est toujours fermé, et ce, depuis sa création en 2013.

L’hôpital de Tabarka a connu plusieurs difficultés depuis son ouverture en 2013. La pénurie de médicaments, de matériel et le manque de personnel en seraient les principales raisons.

A vrai dire, la situation de la plupart des hôpitaux en Tunisie est devenue critique, notamment ceux des régions de l’intérieur.

Et si les médecins ont commencé à déserter le secteur de la santé publique, c’est parce qu’ils ne trouvent plus les moyens pour bien exercer leur travail.

Néanmoins, l’hôpital régional de Tabarka est doté de toute une unité de réanimation, comportant six lits avec les appareils d’assistance respiratoire artificielle nécessaires, alors une question s’impose : pourquoi  n’est-il jamais entré en service?

Manque de personnel ou matériel en panne ?

Afin de faire la lumière sur ce sujet, nous avons posé la question à M. Mohamed Rouis, directeur régional de la Santé à Jendouba qui nous a expliqué que la fermeture de ce service s’explique par l’absence de médecin réanimateur et le problème de maintenance des appareils. « Toutefois, ce service sera opérationnel dès le mois de juillet… », rassure-t-il.

Un spécialiste russe

Cependant, à notre visite à l’hôpital, nous avons remarqué la présence d’un médecin réanimateur russe et d’un personnel paramédical ! Afin de pousser encore plus notre investigation, nous avons contacté le directeur de l’hôpital,  Khaled Hassine, qui a expliqué  que le service de réanimation est fermé depuis l’ouverture de l’établissement hospitalier. Le service de pédiatrie rencontre également des difficultés à cause du départ à la retraite du pédiatre chargé du service. Il a été mis « en veilleuse » et reste fonctionnel avec seulement un médecin généraliste qui accomplit toutes les tâches.  «En revanche, pour le service d’anesthésie-réanimation, c’est vrai que nous avons le matériel nécessaire, acheté depuis  2012,  sauf que les experts ont confirmé que sa maintenance est nécessaire ».

Question de compétence ?

D’autre part, le plus grand obstacle à l’ouverture de ce service s’explique par l’absence de médecins spécialistes ! 

Qui plus est, l’hôpital rencontre de grands problèmes financiers qui rendent difficile la prise en charge efficiente du service de réanimation, tout en sachant qu’il nous manque un scanner…»

Quant à la présence d’un médecin réanimateur russe, le directeur de l’hôpital se montre sceptique quant aux compétences de ce dernier. « Nous n’avons pas la confirmation que ce médecin est compétent surtout que les échos qui nous sont parvenus de l’hôpital de Jendouba là où il exerçait auparavant disent le contraire… », relève le responsable. Tous ces arguments, bien qu’ils semblent véridiques, ne peuvent pas expliquer la fermeture d’un service aussi indispensable à l’hôpital !

Le nombre de décès évitables est estimé à un cas par jour selon les spécialistes ! 

Nombreuses sont les familles tabarkoises  qui ont perdu un proche au cours du trajet vers l’hôpital de Jendouba qui dure plus d’une heure et demie, alors qu’il aurait pu survivre si seulement les premiers soins de réanimation leur étaient fournis à temps !

Ouverture prochaine

«  Je peux vous annoncer une bonne nouvelle : le service sera fonctionnel d’ici juillet, grâce au renfort de notre équipe médicale par de nouveaux résidents. Le recrutement d’un nouveau médecin spécialiste  est prévu également. Cette équipe prendra  en charge ce service très prochainement ! Nous vous assurons que nous avons tous la volonté d’ouvrir ce service, néanmoins nous devons faire face à de nombreuses  difficultés. C’est pour cela que nous avons décidé de démarrer avec une seule salle dotée de trois lits afin d’assurer une bonne gestion », a relevé le directeur de l’hôpital. Il y a lieu de noter qu’une tentative d’ouverture de ce service de la part du directeur régional de la santé de Jendouba a échoué à cause du syndicat qui s’y est opposé.

Une ville côtière, à l’instar de Tabarka qui abrite des Algériens et accueille des Tunisiens tout au long de l’année avec un flux important de visiteurs en été qui viennent de partout, notamment durant le Festival international de jazz, mérite d’avoir un hôpital digne de ce nom et qui peut accueillir et assurer des prestations de qualité  aux touristes et  aux habitants en cas de besoin !

Charger plus d'articles
Charger plus par Sarah BEN OMRANE
Charger plus dans Société

6 Commentaires

  1. investig observateur

    01/06/2019 à 15:43

    السيد مديرالمستشفى الجهوي بطبرقة 9 سنوات عجاف ! آداء ضعيف وفاشل .!!!
    رمز للمسؤول الذي تم تعيينه من الادارة لإسكات النقابة الجهوية … لا يشتغل إلا بمشيرتهم .
    مدير بدون أية كفاءة في تسيير الادارة ؟؟؟
    ماذا أظفتم سيدي المدير لمدينة طبرقة ؟؟؟
    لا شيء سوى الهم والغم . ففي عهدكم كادت أن تنقل معدات الجراحة لمستشفى طبرقة لجهة صحية أخرى ، وهاهي معدّات قسم الإنعاش في الثنيّة …. وفي عهدكم بلغ الفساد الاداري أقصاه ، وفي عهدكم بلغت نسب الاستقالة أعلاها ، وفي عهدك لم تظف أي شيء لمدينة طبرقة سوى سوء التصرّف و إهدار المال العام …في حين بقيت تدخلاتك سطحية للغاية ولا تنم عن دراية وعلم كافيان لإعطاء دفعة وتحسين مستوى الخدمات الصحية بطبرقة .
    جميع أفعالك وتسييرك للمرفق الذي عُهدتم به هي من سبيل المغالطات السياساوية البائتة التي إعتدنا عليها وهذه المرة أثبتم عدم كفاءتهم في التسيير . فليس من المعقول أن نقبل بمواصلت سياسة التهميش الاداري التي تتبعونها منذ توليكم هذا المنصب ولم تقنعوا أهالي طبرقة وأحوازها بآدائكم الضعيف جدا والفاشل …ولن تمروا …
    لن أغفر للسيد المدير الدي بسببه توفي مختار التريكي, وعائشة العسكري و فيصل الزواوي وووو…جميعهم توفّوا نتيجة الإهمال الإداري والتسييري بعدم توفير المعدات والتحاليل وعدم فتح قسم الإنعاش !!! ستبقى أرواحهم في ذمتك ياسيدي مدير مستشفى
    الفشل والنفايات والفساد !!!
    حسبنا الله ونعم الوكيل فيك وفي من دعمك من حاشية النفاق والموالين الأغبياء !!!
    مدير فاشل يشتغـل ضمن لوبيات نقابية مافيوزية لا تخدم سوى مصالحها الخاصة الضيقة . تبا لك يا مدير الفشل فسياساتك سطحية وخاطئة …

    Répondre

  2. investig observateur

    01/06/2019 à 15:48

  3. dihya

    01/06/2019 à 16:23

    un directeur corrompu jusqu’a l’os dans un hôpital dépourvu des plus basiques prestations qui puissent exister et de bilans sanguins les plus basiques …(ionogramme …)
    un hôpital ou règne les réseaux mafieux de la « j3ala » et du profite de « rezg el bilik ».
    des ouvriers qui volent des médicaments , des flacons … pour les vendre aux malades
    l’hôpital de TABARKA est catégorisé le N°1 tunisien en matière de corruption et de mauvaise gouvernance .
    un médecin à la retraite ( Dr K T )qui continue à exercer et à prendre des gardes parce qu’il est « ami » avec le directeur alors qu’un autre médecin pédiatre à la retraite n’a jamais pu continuer à donner ces prestations en dépit de l’absence de pédiatre dans cet hôpital depuis 02 ans .
    des médecins privés abusent de l’hôpital public et l’utilisent comme « annexe » pour faire profiter leurs patients et leurs faire bénéficier de bilans sanguins et radiographies … gratuitement avec l’assistance de tout le réseau mafieux de l’hôpital .
    un service de réanimation équipé à 100% depuis 2012 qui n’ouvre pas ces portes malgré la présence de 15 techniciens de réanimation , un médecin réanimateur russe …
    des décès par causes banales …
    des demandes de mutations , démissions , coopération techniques …un ras le bol de la part du personnel surtout les  » intègres « .
    une MAFIA baptisé  » la Troïka  » qui fait tout en sa faveur et ne laisse rien passer .
    un médecin chef qui  » tire sur tout ce qui bouge » et ne rate aucune source de gain facile ( gardes , conventions , primes …) que ce soit légale ou illégale …
    des agents caissiers voleurs pris  » la main dans le sac » et libérer sans aucune sanction sérieuse. ???
    cet hôpital est dans état lamentable ce qui retenti forcément sur la qualité des soins et des prestations sanitaires .
    le ministère de la santé est désormais en hibernation vis à vis de tout cela .

    Répondre

  4. investig observateur

    08/06/2019 à 17:30

  5. hannibal barca

    09/06/2019 à 21:26

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2236008333379402&set=gm.2354765021439066&type=3&theater&ifg=1

    يوم الجمعة الفارطة بتاريخ 07 جوان 2019
    قسم الاستعجالي بطبرقة بدون طبيبو لمدة ساعتين
    حيث تم تسجيل غياب طبيب الاستعجالي الى أن تم استدعاء الدكتور خالد طراد المحال على التقاعد منذ شهر مارس المنقضي .
    والوزارة كالعادة في سبات عميق ؟؟؟

    Répondre

  6. laisla jendoubi

    13/06/2019 à 08:14

    La femme belge en qustion est Me Couez Martine elise, agée de 60 ans. Était admise à l’hôpital de Tabarka il y a quelques jours. Fût transférée à une clinique à Bejà vue l’incapacité de l’hôpital pour s’occuper d’elle. Aprés un séjours dans la clinique, son mari ne pouvait plus payer la facture. Il demande sa sortie pour l’emmener à Jandouba. Le service de réanimation de Jandouba fermé. Retour à Béjà puis nouveau transfert à Tabarka. Le service de REA de Tabarka lui aussi fermé bien qu’il y a un Médecin Russe spécialiste en REA, payé en dollar pour un service fermé. Une fois arrivée à Tabarka , on ne pouvait rien faire pour elle. Le docteur en permission chez lui pour dépenser nos dollars…
    Enfin , de nouveau la pauvre femme est transférée encore une fois à jandouba. D’aprés les informations elle est actuellement admise au service d’urgence en attendant le miracle pour l ‘ouverture du service de REA.
    Je remercie Mr Khaled le directeur de l’hôpital de Tabarka pour ses efforts et sa patience. Le
    Notez bien que le service REA de Tabarka existe mais fermé à défaut de médecin. Le Médecin okranien en permission mais n’a jamais exercer sa spécialité à Tabarka. Nos dollars on les jette par la fenêtre. Le même service existe à Jandouba est aussi fermé.

    Répondre

Laisser un commentaire