On ne pouvait espérer un meilleur épilogue…

Il est devenu désormais une habitude au CAB de soumettre son public à la douche écossaise, tantôt froide tantôt chaude, puisque nous sommes à la quatrième ou cinquième saison consécutive où les Cabistes jouent pour sauver leur place parmi l’élite et éprouvent des difficultés financières. Inconcevable pour un club d’une ville qui pullule d’entreprises qui animent la vie quotidienne des habitants sur le double plan de l’environnement et de la santé ! En retour, ces mêmes sociétés aident très rarement le CAB et, quand elles le font, elles accordent de très faibles subventions. Il a fallu encore une fois un nouveau miracle pour que les Cabistes évitent d’abord la relégation puis de jouer les barrages. «Bizertins, réveillez-vous», comme l’a si bien crié le défunt Ahmed Karoui, ex-président. Les supporters «jaune et noir» ont besoin de voir leur équipe favorite jouer les titres et les trophées, comme ce fut le cas dans les années 80 et non pas faire de la figuration. Lundi dernier, la chance a souri aux Cabistes. En effet, les Bizertins ont réalisé un grand coup en battant l’USBG à Ben Guerdane et, cerise sur le gâteau, l’EST a disposé de l’ESM à Métlaoui même. 

Tout s’est passé comme dans un rêve! Outre une situation financière très précaire (interdiction de recrutement), rien que pour ça, le CAB doit être récompensé pour avoir su se sauver de la relégation. Nous ne pouvons que respecter ce jeune ensemble «jaune et noir». Le mérite revient également au comité provisoire avec à sa tête Sami Belkahia et Mohamed Ridha Chérif qui ont su gérer les difficultés. 

Charger plus d'articles
Charger plus par Bechir SIFAOUI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire