Les perturbations dans la distribution de l’eau potable, les coupures permanentes, les fuites d’eau sont monnaie courante  dans la région

Des citoyens ont observé, lundi matin, un sit-in devant la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux ( Sonede), à Zarzis, pour protester contre les mauvaises prestations de cette dernière et pour contester le laxisme des responsables régionaux.

En effet, et sans risque de se tromper, on peut affirmer que les perturbations dans la distribution de l’eau potable, les coupures permanentes, les fuites d’eau sont monnaie courante, à Zarzis. Le réseau existant date de 1968. Il s’étale sur une distance de 750 km environ. Il compte plus de 25.000 abonnés et, par conséquent, il est devenu vétuste. En plus d’une station de dessalement pour ramener le taux de salinité à moins de 1,5 g/l .

La semaine écoulée, la dernière vague de sirocco, qui a soufflé sur le Sud du pays, était  la goutte qui a fait déborder le vase chez des habitants sans eau et qui les a poussés à se rassembler, exprimer leur mécontentement, protester, faire pression et  attirer l’attention des autorités. Ils menacent même d’aller encore plus loin si leurs revendications ne seront pas satisfaites. «Les réclamations, les appels téléphoniques, les protestations écrites… n’ont abouti à rien «nous dit Anis», l’un des  manifestants, et d’ajouter : «La réponse est toujours la même : l’équipe est en train de réparer une fuite quelque part».  

En revanche, il faut dire que l’expansion du secteur de l’eau potable et l’accroissement continu de la demande de raccordement, dans la délégation, d’une part, les constructions anarchiques sur la conduite principale, les problèmes fonciers, les quartiers surpeuplés ainsi que le manque d’équipements compliquent l’intervention des agents de cet organisme vital, soit pour l’entretien et la maintenance, soit pour la réparation des fuites ou le raccordement. Mais en dépit de ces contretemps,  aux yeux de tous les présents à ce sit-in, des améliorations urgentes s’imposent. Il suffit de respecter les priorités.

Charger plus d'articles
Charger plus par Dhaou MAATOUG
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire