La Cathédrale «Saint-Vincent-de-Paul et Sainte-Olive de Tunis» fait l’objet de travaux de réhabilitation, et ce, jusqu’à novembre prochain. Elle est de style néo-roman, comme les constructions gothiques ou byzantines. Elle se caractérise par une histoire extrêmement riche. Elle a pour archevêque, depuis 2013, Ilario Antoniazzi.

Ilario Antoniazzi est d’origine italienne, il a passé cinquante ans de sa vie au Moyen-Orient, et plus précisément en Palestine, puis il est venu en Tunisie. Cela fait sept années qu’il s’est installé en Tunisie en tant qu’archevêque de Tunis. Il a sous sa responsabilité tous les chrétiens qui se trouvent en Tunisie. En outre, il rend compte de sa mission aux papes qui sont à Rome et au gouvernement tunisien.

Sa charge n’est pas facile en Tunisie. Il a exprimé sa satisfaction de se trouver en Tunisie car il a eu affaire à des personnes magnifiques, selon ses dires. Il a l’impression qu’il est chez lui, ne trouvant aucune difficulté à s’adapter malgré ses 50 années qu’il a passées au Moyen-Orient. «Le peuple tunisien est un peuple qui respecte toutes les religions», déclare-t-il.

Enrichir le débat avec les Tunisiens

Il considère les 12 millions de Tunisiens comme ses enfants et ses filles. Son but est d’échanger les connaissances avec les Tunisiens. Son projet est de mettre la main dans la main avec les citoyens pour le bien de la Tunisie. Notre interlocuteur s’est dit intéressé par l’échange d’idées en vue d’enrichir le débat et de s’ouvrir sur l’autre. «Cela ne me regarde pas qui tu es, mais dis-moi de quoi as-tu besoin?», s’est interrogé l’archevêque. «Nous ne sommes pas ici au service des chrétiens de Tunisie, mais de tous les chrétiens. Au service religieux, chacun a le droit d’y entrer».

En mars 2020, des travaux de réhabilitation ont débuté, la cathédrale nécessitant de nombreux travaux de réparation visant notamment à aménager la façade et réparer les murs. La Cathédrale de Tunis est connue pour sa fondation qui n’est pas stable. Dans le passé, Tunis était submergé par la mer. D’où la nécessité d’effectuer la restauration nécessaire de ce monument. C’est pour cela qu’on ne prie pas, actuellement, à l’église, mais on fait notre prière dans la crypte sous l’église. En attendant les travaux qui s’achèveront au mois de novembre prochain.

Un monument riche en histoire

De son côté, le père Silvio Moreno, auteur de l’ouvrage «La Cathédrale Saint-Vincent-de-Paul et Sainte-Olive de Tunis», nous donne une idée sur l’histoire de la Cathédrale. Sa longueur est de 32 mètres. Sa fondation est composée d’une masse véritablement imposante de 2.133 poutres provenant d’une forêt d’eucalyptus. Le matériau de construction est du marbre de Djebel-El Oust, une ancienne carrière romaine que l’architecte remit en exploitation. (Source «L’histoire de la Cathédrale de Tunis»).

Grande œuvre d’art destinée aux obligations religieuses, ladite Cathédrale est l’un des plus beaux monuments de Tunis, façonnée des mains d’un orfèvre de Lyon, œuvre de M. Armand Caillat. En 1975, l’abbé Roger Jamin, vicaire de la Cathédrale, après avoir fouillé les archives du Diocèse, a décrit avec détail l’historique de la Cathédrale dans un document qui, malheureusement, n’a jamais été publié.

Des changements ont été effectués à la Cathédrale. Pour cette raison, le père Silvio a essayé de faire une mise à jour du texte de Jamin qui a écrit un livret sur ce monument. Il a ajouté aussi une vision complète de la Cathédrale. Ce livret n’avait pas un objectif scientifique, mais tout simplement visait à faire connaître ce lieu. Ceux donc qui voudront en savoir davantage pourront accéder directement aux archives du Diocèse.

Le choix d’installer la Cathédrale au milieu du centre-ville de Tunis avait pour but de faciliter l’accès des fidèles à ce monument. L’histoire nous apprend des choses merveilleuses sur les différentes œuvres qui se trouvent dans la Cathédrale et qui ont été publiées dans des ouvrages relatant l’histoire de ce lieu de culte qui est très fréquenté par les Tunisiens et les touristes venant de différents pays.

Charger plus d'articles
Charger plus par Sabrine AHMED
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire