Cela fait plus de deux ans que les citoyens habitant près d’un atelier de broyage et de plissage du marbre ont déposé une plainte auprès de la commune de Kairouan pour évoquer les dégâts matériels et psychologiques qu’ils subissent tous les jours à cause des vibrations et du bruit assourdissant des machines, sans oublier les poussières et les blocs de marbre qui traînent sur les trottoirs.

Ainsi, M.Thabet Thebti, un voisin de cet atelier, parle avec amertume des dégâts causés à sa maison, dont les murs sont fissurés et qui risquent de s’écrouler à tout moment. En outre, ses enfants ne peuvent plus faire leurs devoirs à cause des bruits constants, cela sans oublier le fait qu’il est devenu asthmatique à cause des poussières de cet atelier  «Les Aghlabides» et qui ne répond pas aux clauses du cahier des charges. Et ce qu’il n’arrive pas à comprendre, c’est pourquoi cet atelier anarchique  n’a pas été fermé malgré la décision du conseil municipal du 29 septembre 2020 ordonnant sa fermeture immédiate. Et maintenant, c’est la galère entre les démarches auprès des responsables communaux, du secteur de la santé et le tribunal administratif.

Charger plus d'articles
Charger plus par Fatma ZAGHOUANI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire