L’idée étant de défier les signes du temps, de mettre en valeur la beauté naturelle — quitte à user d’astuces et de techniques artificielles — et de gagner en estime de soi dans une société fondée sur le m’as-tu-vu, l’ostentatoire. Tels des magiciens, les professionnels de la mise en beauté et de l’esthétique répondent favorablement aux demandes de ces femmes, exauçant ainsi leurs vœux les plus chers car les plus tentants.

Pour faire le tour des différentes nouveautés en la matière et avoir de plus amples informations sur les nouvelles tendances du make-up, des soins et de l’entretien des cheveux ainsi que des ongles mais aussi sur la mise en beauté des mariées 2019, deux experts de renom ont accepté de livrer leurs secrets pour une mise en beauté infaillible, à savoir Néjib Tej et Zouhaïr. 

Nul ne peut douter de l’importance de la beauté des cheveux pour une femme qui aspire à être belle et glamour. Certaines préfèrent avoir des cheveux courts et pratiques à entretenir au quotidien. D’autres ont une prédilection pour les cheveux longs, signe de la beauté féminine par excellence. En dépit de cette différence, chacune sait parfaitement comment les rendre à la mode. Selon Néjib Tej, les coupes de cheveux les plus en vogue demeurent, depuis près de trois ans, les plongeantes, et ce, aussi bien pour les cheveux courts que mi-longs. Certaines jeunes femmes, âgées entre 18 et 35 ans, optent pour les coupes asymétriques voire «branchées». Pour les dames d’un certain âge, elles continuent à avoir une prédilection pour les coupes de cheveux classiques, notamment celles effilées, dégradées ou très courtes. Selon Néjib, les coupes effilées vont bien à tout type de visage. Ce n’est point le cas des coupes plongeantes qui correspondent plutôt aux visages ovales. «Les femmes ont tendance à se faire couper les cheveux au printemps ou en automne ce qui est une bonne tradition car cela permet à la chevelure de se rafraîchir et de bien démarrer la saison», souligne Zouhaïr.

Des cheveux ombrés, glamours et «in»
Néanmoins, il convient, à son sens, d’apporter aux cheveux courts une touche moderniste, notamment des mèches ombrées au niveau de la frange ou une coloration assez extravagante. Les deux spécialistes sont, d’ailleurs, unanimes quant à la tendance des couleurs ombrées. «L’ère des mèches au sens conventionnel du terme est bien révolue. L’heure est plutôt aux colorations ombrées, lesquelles dissimulent l’écart entre les tons clair et foncé via une dégradation subtile, obtenue grâce à la technique de l’estompage. Les nuances les plus en vogue cette année tirent, toutes, vers le beige sable», souligne Néjib. Cela dit, cet ombrage s’imprègne souvent, selon Zouhaïr, de couleurs «insolites» — car non classiques — mais tout aussi délicates et gracieuses. Et ce sont surtout les femmes âgées de 16 à 45 ans qui les recommandent. «Les hommes comme les femmes sont devenus très soucieux quant à leurs apparences. Je reçois d’ailleurs des femmes âgées de plus de quarante ans qui paraissent plus jeunes de dix ans. Aussi, se permettent-elles de succomber à la tentation et de recommander des colorations très «in» comme les demi-colorations ombrées, effectuées ton sur ton. La liste des choix est quasi illimitée puisqu’on y trouve des colorations ombrées qui virent vers le rose, le beige, l’aubergine, le bleu, le gris et autres teintes. Les racines et le sur-front prennent alors une couleur plus foncée que les longueurs en prenant soin de réussir la dégradation», explique Zouhaïr. S’agissant des mèches, elles demeurent, selon Zouhaïr, assez sollicitées par les dames d’un certain âge ou même par des jeunes filles. «Il faut toujours ajuster les mèches selon la forme du visage, en prenant soin de laisser des racines unies sur une longueur de quatre à cinq centimètres. Si le visage est long, on opte pour des mèches sur les côtés afin de conférer au visage une certaine rondeur. Si le visage est rond et bien menu, mieux vaut éviter les mèches sur les côtés pour atténuer cet aspect élargi du visage. C’est un véritable calcul auquel doit s’appliquer le coiffeur-visagiste», indique Zouhaïr.

Cet expert en mise en beauté et esthétique saisit l’occasion pour donner des conseils utiles pour l’entretien des cheveux. Ceux colorés doivent être, à son sens, soumis à la coloration en insistant sur les racines —lesquelles nécessitent généralement un temps de pause variant de 20 à 30 minutes — pour ne consacrer aux longueurs qu’une pause de dix minutes. Cette technique a ceci de bon : elle permet la préservation de la santé et de la bonne qualité des pointes.

Oui aux soins capillaires !
Pour lui, les soins pour cheveux sont quasi incontournables afin de leur garantir beauté et éclat. De nombreuses méthodes et techniques sont accessibles, et ce, selon les budgets des clientes.  Les femmes aux cheveux épais, secs et bouclés sont appelées à opter pour un petit lissage — d’un temps de pause nul — une fois tous les six mois. Ce traitement doit être suivi, d’après Zouhair, et dans les jours qui suivent d’un soin combiné de kératine-protéine, lequel garantit à la chevelure souplesse et brillance quintuplée.  Le spécialiste recommande aussi les semi-colorations une fois par semaine ou les colorations sans ammoniac afin de protéger les cheveux contre les méfaits de cette substance chimique. L’utilisation d’un shampoing et d’un masque dits «after kératine» s’impose.  «Les femmes se lavent toujours les cheveux à la fin de la douche. Or, elles devraient inverser la technique et commencer par le lavage des cheveux. Deux coups de shampoing suffisent pour se débarrasser de l’excès du sébum. Je préfère, poursuit Zouhaïr, que le shampoing soit dilué dans de l’eau. Pour le masque, il conviendrait de l’appliquer sur les cheveux et de couvrir ces derniers par un papier cellophane le temps de terminer son bain, soit un temps de pause d’une demi-heure à peu près et de se rincer les cheveux à l’eau minérale», explique Zouhair. Et d’ajouter qu’en se rinçant les cheveux, mieux vaut laisser le masque pénétrer l’épiderme du visage et du décolleté afin d’y apporter éclat et sensation soyeuse. «Je conseille toute les femmes d’opter au moins pour l’un des soins capillaires disponibles chez les professionnels et dont le coût minimal varie de 70d à 120d. Gare, prévient-il, aux produits bas de gamme et aux promotions alléchantes. Certaines femmes y ont succombé et endurent, jusqu’à nos jours, de sérieux problèmes de peau».

Microblading : des sourcils presque naturels
S’agissant des sourcils, Néjib indique que, depuis cinq ans, les formes naturelles sont les plus en vogue ; des sourcils épais avec une échancrure assez prononcée pour mettre en valeur le regard sont faciles à obtenir grâce à la technique du  microblading. «Il s’agit d’une technique semblable à celle du tatouage spécial sourcils. Toutefois, et contrairement au tatouage effectué sur les autres parties du corps, elle est caractérisée par des équipements spécifiques et moins agressifs pour la peau, puisqu’ils pénètrent l’épiderme à une profondeur nettement moindre. La couleur dépend, à son sens, du teint de la cliente mais aussi de la couleur de ses cheveux. «Il est cependant impossible pour une femme dont les cheveux sont cuivrés d’avoir des sourcils cuivrés, ce qui serait une aberration ! La couleur basique utilisée pour la technique du microblading n’est autre que le marron, auquel on ajoute une pointe de noir pour des sourcils foncés ou une pointe de beige pour des sourcils clairs», explique Néjib. Il peut tenir jusqu’à un an pour être, par la suite, retouché par des remplissages périodiques.

Des yeux de biche
Pour ce qui est du make-up ou du maquillage, Zouhair indique que les choix des professionnels en beauté et en esthétique dépendent étroitement des tendances choisies par les stylistes internationaux. Ces derniers décident, au fur et à mesure des saisons, de mettre plus en lumière certaines couleurs et certains styles vestimentaires. «Cette année, nous assistons au retour en force du rouge et du rose. Le style vestimentaire au féminin reprend en quelque sorte celui des années 80, lequel consiste en un fard à paupières estompé et des sourcils épais et à effet naturel», indique Zouhaïr. Selon Néjib, la beauté du regard relève aussi de la densité des cils. Pour ce, il existe deux techniques de cils artificiels permanents et semi-permanents. «Les cils permanents sont effectués cil à cil. Chaque cil est collé à la paupière à l’aide d’une colle spéciale. Cette méthode qui permet d’obtenir des cils permanents risque, à fur et à mesure, de nuire à la qualité des cils naturels. La femme risque, sur la durée, de perdre ses cils naturels. Cette méthode, poursuit Néjib, coûte environ 150d». Il trouve, en revanche, que la méthode des cils semi-permanents est nettement meilleure car sans effets secondaires sur les vrais cils. «Regroupés en de petites entités, les cils sont collés aux paupières via une colle à base de silicone. Pour les retirer, il suffit d’utiliser une huile spécialement conçue à cet effet, ce qui permet de préserver les vrais cils», renchérit-il. Encore faut-il préciser que les cils semi-permanents ne persistent qu’une vingtaine de jours. Cette technique est disponible selon une fourchette tarifaire allant de 25 à 35d. «Pour le make-up 2019, étoffer ses cils est incontournable, quitte à opter pour de faux-cils anodins», note Néjib.

Pour le make-up 2019, Néjib indique que le fard à paupières mat cède enfin la place au brillant et aux paillettes en préservant, toujours, la technique de la dégradation et de l’estompage. Cependant, pour ce qui est du rouge à lèvres, le mat résiste à la concurrence. Et contrairement aux tendances des deux années précédentes, lesquelles privilégiaient les tons de sable, cette année, l’on annonce le retour en force des couleurs, dont le rose et le bleu. «Les couleurs des fards à paupières doivent mettre en valeur la tenue portée», rappelle-t-il. Les deux professionnels sont unanimes sur l’importance de la technique de l’estompage, qui constitue le secret d’un fard à paupières réussi. «Il ne faut jamais mettre en exergue une couleur à part entière mais créer, à partir d’une couleur chaude et de teintes moins blafardes, un panache subtile et mystérieux», fait remarquer Zouhaïr. Quant au rouge à lèvres, il garde un aspect mat. «Mieux vaut assouplir les rouges à lèvres mat par une petite touche de gloss surtout dans le cas d’une mariée, car les rouges à lèvres mat ont tendance à dessécher les lèvres, ce qui est inconfortable», renchérit-il. Il saisit l’occasion, par ailleurs, pour mettre en garde contre le recours systématique à la technique du contouring. Cette technique qui a pour finalité de camoufler voire de corriger les défauts du visage et de mettre en valeur les traits fins est loin d’être obligatoire pour toutes. «Un fond de teint très clair fait ressortir les défauts. Mieux vaut opter pour une teinte plus foncée afin de camoufler les petits défauts. Quant au contouring, il est essentiellement préconisé pour les visages bruns et présentant certains défauts comme le double menton, un large front, une peau flétrie…Les blondes ne devraient jamais recourir au contouring : seul l’usage d’un blush suffit. Du coup, le contouring n’est pas un copier-coller valable pour tous les visages», insiste Zouhaïr.

Des ongles taillés en amande

Néjib tout comme Zouhaïr se réjouissent enfin du retour en force des ongles taillés en amande. Pour eux, il s’agit de l’un des signes de féminité et de glamour les plus indiscutables. «Je trouve cette forme nettement plus féminine et plus glamour que celle des ongles carrés. Même pour les mains bien menues, elle sied à merveille vu qu’elle allonge les doigts et leur confère une finesse infaillible. Il faut tout de même faire la différence entre des ongles en amande glamour et des ongles vulgaires. C’est la longueur des ongles et l’épaisseur de la matière utilisée qui risquent de leur conférer un air disgracieux», précise Néjib. Les deux spécialistes en mise en beauté féminine indiquent que la mode est aux vernis de couleurs claires voire nudes. «Les motifs dont les strass et autres demeurent focalisés sur un seul ongle», renchérit-il. Zouhair insiste  sur l’importance des soins pour les mains et les ongles. Il s’agit, pour lui, d’une étape initiale et fondamentale à la beauté des mains. 

Mariée : chignon, boucles d’oreilles et couronne raffinée
S’agissant de la mise en beauté spécial mariée 2019, Néjib indique que les mariées optent plus pour les cheveux lâchés et les coiffures décoiffées en misant, davantage, sur les accessoires, notamment les appliques et les couronnes. Un avis que partage Zouhair mais à moitié : «Cette année, le chignon décroche la place parmi les coiffures les plus en vogue, ce qui confère à la mariée une beauté de reine. Il ne faut pas, par contre, qu’il soit trop tiré à la manière des années 80 mais plutôt souple. De faux chignons sont disponibles pour le plus grand bonheur des futures mariées aux cheveux courts.  Pour les cérémonies des contrats de mariage à la municipalité, mieux vaut opter pour des cheveux lâchés en prenant soin d’étoffer les cheveux fins par des extensions semi-naturelles», ajoute-t-il. Quant aux accessoires, Néjib recommande de se contenter de boucles d’oreilles. «Sauf si le décolleté est assez prononcé ! Dans ce cas, le port d’une parure assortie à la robe ou à la Keswa s’impose», indique-t-il.  Un avis que partage Zouhair pour qui, une mariée serait nettement plus à l’aise sans collier. «Nous avons introduit, cette année, une nouvelle conception de couronnes; des couronnes raffinées, fait entièrement main»,  renchérit Zouhaïr. Notant que les postiches d’antan ont cédé la place aux extensions à base de cheveux naturels. «Si la cliente exige une extension dans le but de donner plus de volume et de longueur à ses cheveux, l’extension serait de la même couleur que ses cheveux naturels. Si elle voudrait, plutôt, donner une nuance à ses cheveux, l’extension serait d’une couleur moins claire ou plus foncée que les cheveux naturels», souligne Néjib. Pour les mariées, le make-up épouserait parfaitement les tendances précitées. Quant à la beauté des ongles, le french serait aussi possible même sur des ongles en amande, c’est du moins l’avis de Néjib qui trouve que le vernis à ongles «french» est, à la fois, chic et indémodable.

Par Dorra BEN SALEM

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *